Sacrip'Anne

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 25 novembre 2019

Des arrêts

Souvent, nous autres les cyclistes urbains, on s'arrête. Pour gueuler après un coup de stress, lié à un engin à moteur, ou aux feux (si, si). Pour réparer une roue crevée, un garde-boue branlant.

Parfois on s'arrête pour prêter assistance. C'est ce que j'ai fait ce soir auprès d'une dame avec un tout petit pliant rigolo à roues minuscules, les 16 pouces de mon Brompton font géantes à côté.

Elle tentait un regonflage "pour tenir jusqu'à la maison", elle a refusé mes rustines car elle avait une bombe anti-crevaison. Merci, bonsoir, bon retour.

Quelques centaines de mètres plus loin je me suis arrêtée pour saluer Monsieur Sport qui profitait du bout de sol refait de neuf et me montrait comment on lui avait aménagé sa salle de sport en plein air, quasi, avec du mobilier urbain parfait pour les tractions, les abdos, le ceci, le cela.

Et quand je repartais il me dit : "il y a une dame qui crie, là-bas, j'irais bien mais j'ai mes affaires ici".

Alors j'ai dit que j'allais voir.

En fait d'une dame une demi douzaine de personnes, peut-être, un vélo par terre, une personne au sol qui tient une dame au sol. J'ai pensé à la chute, à une mauvaise chute et à quelqu'un qui l'empêcherait de bouger. en cas de blessure sérieuse.

"Tout va bien ?"

"C'est la dame, là", me répond un autre dame. Elle veut se jeter, le monsieur la retient.

Alors j'ai demandé si je pouvais faire quelque chose, on m'a dit que non, que les pompiers étaient prévenus.

Je leur ai signalé que Monsieur Sport était une ressource potentielle en cas de besoin de bras en plus, et puis la détresse de la dame n'est pas un spectacle, je me suis éloignée. J'ai rappelé les pompiers pour être sûre. Peut-être que ça encombre les lignes pour rien, peut-être que c'est juste l'égo qui veut se rendre utile, faire partie de la solidarité.

Mais ces silhouettes, dans le noir, sous le pont, elles faisaient le job et de façon si formidable, à tenir fermement mais en douceur cette dame, les cris de cette dame, son désespoir.

Les pompiers étaient bien en route. J'ai guetté de l'oreille les sirènes, en roulant. C'est fou ce qu'il y a comme sirènes de pompiers, le soir, pas loin du pont...

Pendant que des larmes d'impuissance, du monde qui est trop moche coulaient, je me disais c'est fou, tout va bien pour moi, c'est fou, ce pont dont on a vu des gamins plonger tout l'été, ce coin plutôt lumineux, d'un joli quotidien, cet endroit de promenades et de glaces en été, c'est fou, mon symbole de mi route, où la Seine est si belle dans les deux sens., là où je gueule de joyeux "bisous BIlook".

Ce morceau qui est pour moi un endroit de gaieté et de plaisir, c'était l'endroit qu'elle avait choisi parce que la vie lui devenait insupportable.

J'ai encore dans l'oreil la vibration de ses cris.

J'espère que les gens sortis de nulle part qui l'ont secourue ce soir arriveront à lui redonner de l'espoir. Ils ont en tout cas toute mon admiration et ma gratitude : c'est bon de savoir que des inconnus n'hésitent pas à arrêter leur vie pour essayer d'en sauver une autre.Que les pompiers lui auront porté tous les soins qu'ils peuvent. Que de son geste naîtront des solutions, des aides. N'importe quoi qui lui donnerait envie de vivre et d'être heureuse si c'est encore possible pour elle.

Ses cris, sous un pont, à la nuit tombée. Je vis une vie de privilégiée qui n'entend pas souvent ce genre de cris. On se sent tellement con, tellement impuissant face à une détresse si grande.

Ses cris.

Bonne chance, madame.

mardi 15 octobre 2019

A lire de toute urgence !

Des blogs d'il y a longtemps sont nés des amitiés. Les amis ont partagé des histoires.

De ces histoires sont nées d'autres histoires et c'est précisément ce qu'a fait mon amie Sylvie : en se promenant dans l'histoire de sa famille et en partageant certains morceaux avec nous, elle a attrapé des bouts de fil à tirer, et après des mois et des années de travail, Jules est chez nous.

Sylvie a une plume que j'admire depuis longtemps et un talent fou pour faire vivre ses personnages.

Alors vous aussi, sans doute, vous lirez et vous finirez en disant "je veux savoir ce que devient Jules, vite, la suite !"

IMG_20191007_172841~2.jpg, oct. 2019

En tout cas ObiWan et moi on a adoré. Vite, vite, lisez "Le village des secrets" !

mardi 30 juillet 2019

Des premières fois en pagaille

Malgré une alerte à l'otite quelques heures avant son départ, Lomalarchovitch est parti hier en colo, pour quelques jours.

C'est un enchaînement de premières fois, pour lui.

Première fois qu'il va au lit sans bisou de papa et/ou maman. Première fois qu'il dort sous une tente. Première fois qu'il ne va pas nous voir du tout pendant plusieurs jours. Première fois qu'il va faire du poney.

Bref, une première colo.

A l'heure qu'il est nous n'avons pas de nouvelles, tout va donc très bien pour lui et pour son oreille.

De notre côté on prend la vie en pente douce : Noé est venu me chercher à vélo hier et nous avons cheminé ensemble. On s'est arrêtés à mi chemin et on a mangé une glace avec notre voisine. On a savouré l'intensité du silence de l'appartement.

On a papoté en glandouillant. J'ai bouquiné longuement dans un bain, sans aucune interruption. On a dîné tard comme on aime. Devant une série.

Mais au moment de m'endormir je pensais à mon petit grand. À comment il avait cherché le sommeil dans son duvet sur son lit de camp. S'il avait tourné et tourné comme il fait pour "faire sa place" ? S'il s'était endormi facilement ? Comment il avait vécu ce premier coucher loin de ses rituels ?

Sa joue ronde et ferme sous mes lèvres pour un dernier bisou m'a tant manqué. Nos rires du soir quand il me pose des questions et que je lui réponds des bêtises. Pas trop les "dépêche toi", mais tout le reste.

C'est fou, on arrive en cette fin d'année scolaire, épuisés par le rythme global et les demandes incessantes. Avec les aînés on est déjà "habitués" à ne les voir qu'une semaine sur deux, ça se passe plus fluidement (et puis j'ai des SMS de Cro-Mi régulièrement, elle est assez grande pour maintenir le contact à distance, maintenant). Mais lui, mon immense bébé, c'est une première et il est à peine parti depuis douze heures que ça sonne vide et creux et que "comme je l'aime" prend toute la place. Oublié le soulagement quand il est enfin au lit et que la soirée des grands commence avec un peu de détente. Juste ses rires et ses fossettes qui ne sont pas là.

On va quand même savourer le calme avant le retour de notre tempête blonde, hein.

Et puis on a encore un peu de boulot avec ObiWan - ce chat est un labrador costumé - qui est très perturbé par l'absence du petit. Hier il a passé un bon moment devant la porte de la chambre des garçons en miaulant pour nous dire qu'on avait oublié d'aller le chercher. Et sa recherche de proximité et de gratouilles rassurantes cette nuit était le signe incontestable que "quelque chose ne tourne pas rond o'scours !"

(Sinon, Noé fonde des espoirs sur le fait qu'on lui enseigne l'art de la grasse mat. On lui dit maintenant ou on le laisse espérer ?)

mardi 16 juillet 2019

Cette fois on fait l'aller

Il y a quelques jours je vous emmenais faire du vélo sur mon trajet retour.

Cette fois-ci c'est l'aller : sans surprise c'est le même dans l'autre sens, à quelques centaines de mètres de différence !

On y parle d'une semaine un peu difficile, de comment lutter pied à pied (ou dos à dos) avec un début de lumbago, de lumière la nuit, du début d'une île et de crétins de pigeons, entre autres.

 

Bonne promenade :)

 

jeudi 11 juillet 2019

Monsieur Lomalarchovitch a 5 ans

A l'heure où j'écris ce billet, un peu en avance, il a en fait quatre ans pour la dernière nuit de sa vie.

Il y a 5 ans tout pile on partait pour la maternité.

Et le 11 à 11h11 il pointait son petit nez tout rond, déjà joyeusement affamé et doux tout tendre.

Il a 5 ans, donc, commence à bien lire des mots simples, et même plus si simples, à écrire, l'autre jour il s'est arrêté de compter à 400 parce qu'il s'ennuyait, mais il en avait sous le pied pour continuer.

Hier soir il m'a annoncé avec une grande mine solennelle qu'il arrêtait les questions car il avait posé toutes celles qu'il avait en tête. A 2783 "pourquoi" par jour depuis ses 18 mois, j'ai accueilli la nouvelle avec nostalgie, soulagement, et à vrai dire une grande méfiance.

Ça ne durera pas !

Il est immense pour son âge et mange comme un cochon (on ne peut pas tout faire), toujours bavard et charmeur et commence à bien pédaler sur son beau vélo rouge.

Dans quelques jours il part en mini colo pour la première fois de sa vie et j'ai beau faire la fière à me régaler d'avance à grand bruit de 4 soirs sans enfant dans la maison, ça sera la première fois que je ne le vois pas si longtemps et ça me fait tout drôle. Mon petit drôle qui s'éloigne...

Bref, c'est le plus merveilleux fils que la Terre ait porté jusqu'à ce jour.

En toute objectivité.

Mon bébé tout grandi :heart:

lundi 1 juillet 2019

Blogage en images

L'autre jour, je vous disais que j'avais un peu perdu le chemin de la gymnastique régulière de l'écriture.

Mais je n'en ai pas pour autant perdu le goût du bavardage ! Et puis, un peu parce que certain(e)s (dont Minka) avaient envie de voir mon trajet à vélo, un peu parce que j'avais envie de partager ce joli moment dans la nature, j'ai filmé ma route.

En papotant, chantant, rigolant (fort heureusement pour vous la partie chant n'a pas survécu au montage !) On a coupé, donc, un peu, pour rester dans un timing "regardable".Regretté de ne pas avoir investi dans un stabilisateur.

Mais hop, c'est en ligne.

Ça m'a pas mal plu, ce déroulage des pensées en pédalant. Du coup je crois que j'en referai, et qu'on les mettra ici aussi comme une autre forme de blogage. Ça vous dit ?

En attendant, pour les courageux qui supporteront le mouvement, si vous avez envie, je vous emmène faire du vélo !

 

PS 1 : La caméra était fixée sur mon torse, que personne ne s'inquiète, je regarde bien à droite et à gauche aux intersections

PS 2 : Par ailleurs certains passages sont accélérés, ne croyez pas que je roule si vite que ça ;)

PS 3 : Enfin, je parle des trajets nocturnes comme si c'était pas grave qu'on ne me voit pas, n'oubliez pas que j'ai des coeurs sur mes roues et une lampe qui évoque le phare de voiture, hein. Ne faites pas ce trajet en mode ninja !

mardi 18 juin 2019

Déroulage dans ma tête

J'aimais le temps où je trouvais quasiment tous les jours le chemin de l'écriture pour le plaisir, le chemin de ce blog.

Malheureusement, je me suis pris de plein fouet la malveillance d'une "surveillance ciblée". Avec le corollaire de l'élimination de tous les sujets sur lequels je ne voulais (veux) pas que la surveillance fasse ses petites fiches. Y compris sur le blog privé, qui a été rapidement infiltré.

Si on enlève aussi tout ce qui pourrait avoir trait à la vie pro car sait-on-jamais, il nous reste les chats, les vélos, quelques livres et l'herbe qui pousse, mais de moins en moins bien.

Pourtant cet exercice me manque, même si je n'arrive plus vraiment à me rappeler comment je trouvais le temps. La mutation des modes de commentaires (déportés sur les réseaux sociaux, remplacés par un like, un cœur) aussi, font que les blogs ne sont plus les joyeux lieux de conversation que nous avions.

Même si la nostalgie existe, la vie est la vie et il faut bien faire avec.

Mais quand même. Prenons quelques minutes pour laisser les mots suivre leur cours, comme mes pensées pédalantes du matin.

Ce matin je roulais assez tranquillement (la différence de temps de pédalage entre tranquillement et toniquement est d'ailleurs suffisamment minime pour que... bref, on s'en fout).

Je pense que j'avais besoin de ce temps où le cerveau déroule, j'écoutais le podcast de Popopop avec Aurélien Barrau - qui m'a fait penser à un autre cerveau musclé et gentil de ma connaissance.

Ca fonctionnait bien ensemble, l'idée de décroissance, de changement social pour changer l'environnement et la communion avec la nature, le rythme régulier des pédales.

Je vais, je pense, me procurer son livre pour creuser un peu [1]. Ca m'a touché de simplicité et d'humanité, ce qu'il disait avec conviction et gentillesse, mais en même temps un monde où on prendrait aux riches pour empêcher les enfants de mourir, wouah. Ils ne vont pas se laisser faire.

Et puis tout d'un coup la sortie de la zone tranquille, le retour à la "civilisation" (c'est-à-dire le port industriel de Nanterre, autant vous dire que les guillemets à civilisation sont pensés).

Déjà ? Petit choc émotionnel aussi. J'étais bien, seule avec mes pensées et les siennes.

Je me demande vaguement ce que sera la tonalité du trajet de ce soir. Chantant (faux et à tue-tête) pour libérer les énergies contenus ? Méditatif (pédaler est une forme de pleine conscience assez puissante, pour peu que le revêtement soit inégal) ? Prospectif ? Ou juste défoulatoire ?

Il sera chaud, en tout cas, me dit météo france. Et, en soi, c'est une bonne nouvelle. C'est de nouveau la saison pour rouler robe au vent, le vent (réel ou relatif) en rafraîchisseur, le temps des marques de mitaines sur les mains et de traces des lanières de sandales sur les pieds.

Il faut savoir savourer les petits bonheurs où ils sont.

Note

[1] Je vous tiens au courant quand je l'aurai lu !!

mercredi 15 mai 2019

Petite vitesse, grande lenteur, mais pas tant que ça

Arrivee15052019_2.jpg

Quand on en vient à parler de "combien de temps ça me prend" de venir à vélo, j'ai la minute complexée qui surgit facilement.

Pourquoi ? Parce que je suis entourée de collègues et de copains qui roulent fort (l'expression veut dire rouler vite sans avoir l'air de se préoccuper de vitesse comme les bagnolards :-D), notamment !

Mais tout de même ! Mon premier trajet de 9 kilomètres et demi, je l'ai fait en 52 minutes. Un an et quelques après je suis souvent autour de 38 minutes.

Et vous savez quoi ? Finalement, rouler autour de 15 à l'heure, avec mon âge, mon poids, mon vélo, et ben c'est : normal. Et ça répond à mon besoin.

Donc j'ai ravalé mes complexes de rouleuse moins rapide et je savoure mon rythme qui va bien.

Et comme j'ai surtout le sens de la compétition avec moi-même, je savoure et me félicite de mes records.

Ce matin c'en était un et je suis fière de moi, car c'est également la première fois que je vais trois jours de suite au bureau à vélo, sans pause au milieu. 17 putains de kilomètres par heure et un temps de 33 minutes fesses en selle !

Ça m'encourage pour le troisième soir de retour avec gros vent de face prévu (en plus on est mercredi, il y aura sur ma route moults chiens et enfants en bas âge, ça ne sera pas un trajet à records).

Donc si vous vous posez la question : oui vous pouvez :)

Arrivee15052019.jpg

mardi 5 mars 2019

De pixels ou de papier, lire

Longtemps j'ai résisté à la liseuse. Rapport au toucher, à l'odeur du papier, au livre qu'on peut prêter (et certainement ne jamais voir revenir), et à des tas d'autre chose qui font que ma maison se trouve là où sont mes livres (et mes enfants, mon amoureux et chats).

Et puis l'hypothyroïdie et ses insomnies matinales venant, j'ai fini par craquer pour pouvoir lire sans réveiller ledit amoureux aux petites heures de la nuit.

Très vite l'objet m'est devenu indispensable et à un moment au point que j'ai eu peur de larguer mes bons vieux livres en papier.

Du coup, depuis quelques années je me suis fixé une règle de gestion simple. Quand il fait jour, je lis du papier, quand il fait nuit, je lis du pixel.

Ca me permet de lire deux livres à la fois comme du temps de ma folle jeunesse (avec des coups d'accélérateur sur la version papier le week-end quand j'ai le temps de prendre un loooong bain :D)

Et comme j'avais un peu envie de hasard dans mes lectures (au moins papier), je me suis abonnée au Ptit Colli qui m'envoie tous les mois deux livres de poche, une gourmandise et un petit cadeau (et de belles boîtes qui me servent à ranger tout un tas de bazar dans la maison ou à faire des emballages pour des cadeaux !)

Ca doit faire un an que j'y suis abonnée et j'ai eu une mauvaise suprise et beaucoup de pépites découvertes.

Tout ceci, ainsi que les généreux dons des Pères et Mères Noël et des étrennes de Nouvel An, me permet d'apaiser l'angoisse existentielle numéro 1 : ne rien avoir sur la Pile à Lire (là, je suis servie, j'en ai encore au moins trois d'avance).

jeudi 27 décembre 2018

Vélo de nuit

A peine sortie de la cave ce matin, premier check : ça glisse ou pas ?

Ça ne glisse pas. Ouf. Bonnet bien enfoncé, mitaines moufles refermées, premier tour de pédale, c'est parti dans la lueur des lampadaires de la rue.

Velotaf27122018_1.jpg

C'est un peu journée sans voitures permanente, en ce moment, j'en profite pour esquiver mon rallongi tranquille de la maison de retraite et prendre le nouveau double sens cycliste[1] qui va tout droit sous la voie ferrée. Avec ma grosse lampe, les rares voitures me voient bien et tout le monde (moi comprise) joue le jeu de ralentir et de se serrer sur le côté, ça passe crème. On se salue d'un merci souriant à chaque fois. En revanche quand le 235 passe, on ne se croise pas, fort heureusement c'était à hauteur pour moi d'un endroit où j'ai pu me tasser sans gêner.

Je passe sous la voie ferrée, je remonte le long du collège, arrive au bout de la rue pile pour le passage du feu au vert et traverser le boulevard de Valmy désert. Ce coin-là, déserté par les ados et les voitures, c'est étrange, ça vibre de silence, presque. Je me faufile entre les trous jusqu'au petit chemin qui borde l'A86. Même là c'est moins bruyant que d'habitude.

La traversée du carrefour pour rejoindre l'Ile Marante se fait au tintement joyeux des bonjours échangés avec une collègue cycliste et puis je passe la barrière anti 2RM et je me laisse glisser jusqu'à la Seine - enfin je m'arrête avant d'y être immergée :D

Petite montée pour se chauffer les cuisses et franchir la deuxième barrière qui m'attend grande ouverte (oh yeah). C'est le noir, la Seine brille, le silence est total. Il y a Popopop avec Stephan Eicher à côté de mes oreilles et je me prends à chanter "Tu ne me dois rien" à tue-tête. Ca doit faire marrer les piétons que je croise ou double de ci de là. Et les lapins et les rats qui traversent dans mon halo.

J'arrive au pont de Bezons, me dit "oh, déjà la moitié !"

Je lance un "Salut Bilook ! Bientôt ton tour !!" avant de passer dessous [2]. J'ai un peu froid aux cuisses et la flemme de m'arrêter pour mettre les rainlegs, bien chaud aux mains-pieds-tête, et c'est l'heure de passer sur le bout de chemin fraîchement refait. Ça roule tout doux, pas un trou, ça permet de prendre le temps d'admirer la lune qui décroît avant de passer sous les arbres pour la petite descente après la barrière ouverte (C'est un jour faste).

L'horizon commence à rosir un peu, la Seine qui s'écarte autour de l’île des Impressionnistes prend des teintes étranges, par endroit, ce reflet presque violacé qui n'est pas encore le jour.

Je roule tout tranquillou, d'abord parce qu'il fait froid et que ça pompe de la ressource, ensuite parce que je goûte tellement ce calme parfait et la douce régularité du pédalage que je ne suis pas pressée d'arriver.

Passage du chantier du RER, petite montée raide et gravillonneuse qui redescend tout de suite, c'est assez casse-gueule, j'y vais peinard. Dommage, c'est les vacances du chantier, pas de grue [3]sur la plateforme sur le fleuve.

Après ça file avec des zones aménagées, ça roule tout seul (d'autant qu'on a gentiment bouché deux des trois caniveaux, ce dont mon coccyx encore sensible est très reconnaissant). Y a juste à profiter du halo rose de l'horizon qui monte de plus en plus haut dans le ciel et de Stephan Eicher. Ravie de son intelligence, de sa gentillesse, de sa culture, de sa musique. Je rigole avec lui et Antoine de Caunes et il est déjà l'heure de la

...

...

...

barrière fermée.

J'ai pas le jus pour pousser avec les pieds, je descends donc pour la franchir en pestant et en pensant à Gilda qui les trouve si malines. Crois-moi que le jour où je t'emmène je choisis un mercredi de juillet où elles sont toutes fermées, va, tu vas les trouver moins bien conçues !! :devil:

Là c'est mitigé. Je suis tout près de la Seine, peu d'arbres. Il y a de l'éclairage urbain donc on y voit pas mal, mais le revêtement est nettement plus rustique , ça a l'air de glissouiller un peu et c'est blanc craquant sur l'herbe au bord.

Trop tard pour faire demi tour, je suis aux trois quart de la route !

Le bon côté des choses c'est que la probabilité d'un freinage d'urgence est très très faible. Du coup j'y vais encore plus tranquille. Finalement ça passe très bien, j'ai même le temps de saluer ces feignasses de cygnes qui se réveillent à peine.

Franchissement de la bonne vieille barrière à l'ancienne et là j'arrête de vous vendre du rêve, on est au port de Nanterre et la population principale, c'est du camion.

A cette heure-ci ils sont, la plupart du temps, arrêtés, mais l'extrême prudence est de mise.

Fort heureusement, comme on est sur bout de route qui "coupe" la Paris-Londres, ils sont très habitués aux cyclistes, travailleurs ou randonneurs, et généralement hyper attentifs à la bonne cohabitation, mais il suffit d'une fois.

Hop je remonte jusqu'au croisement, hop à droite dans la rue de la fourrière. Ces deux rues sont défoncées par les engins lourds, on zigzag entre les trous, mais il y a de la place et peu de trafic, ce matin c'est deux voitures qui me dépassent - bien au large - en tout et pour tout. C'est la magie de Noël du partage de la route.

Au feu je me pose bras bien tendu pour préparer mon éventuel suiveur qu'il sera bien aimable de prendre en compte ma direction. Mais en fait y a personne.

Du coup, au lieu de prendre par le trottoir je m'offre le petit luxe déjà expérimenté lundi de prendre par la route. C'est gérable moins de dix jours par an, ne boudons pas notre plaisir.

Evidemment au bout de quelques mètres j'entends la présence d'un camion derrière moi. Mais il reste bien loin, bien calme, et je ne l'entends accélérer que quand j'ai déjà tourné dans la rue du bureau. Magie de Noël, je vous dis. (Ou alors il admire mon cul qui clignote en rouge en plus du feu du vélo, allez savoir ?)

Le premier truc que je pense arrivée dans le local, c'est "déjà ?!" [4]

Le froid aux cuisses est oublié, Je suis bien réveillée malgré les nuits raccourcies du moment. J'aurais bien continué au lieu d'aller travailler, en fait !

Dans quelques dizaines de minutes le soleil dépassera l'horizon dans mon dos, assise à mon bureau.

C'était chouette ce matin.

Vélotaf27122018_2.jpg

Notes

[1] Sens unique pour les voitures / double sens pour les vélos

[2] Encore une barrière ouverte ! Je suis joie !! C'est la galère de se les franchir quand elles sont fermées ! Merci les ouvreurs de barrières !!

[3] de chantier, la grue, pas l'oiseau

[4] Et, ne nous mentons pas, à couper Strava

jeudi 13 décembre 2018

Un nouveau au 3 bis

Je me rends compte que, coupable de paresse bloguienne, ou bien de trop plein d'autres choses qui me tiennent loin du clavier, je n'avais pas écrit sur un épisode marquant de notre vie familiale.

Réparons.

Depuis un moment je me demandais si ça ne serait pas une bonne idée pour Maïa-Chat d'avoir un compagnon, histoire de jouer à la poursuite et d'éviter de faire trop de gras. Et puis de s'ennuyer quand on part en vacances.

A la rentrée, on a vu un adorable chaton blanc sur le site de la SPA d'à côté de chez nous.

Dès le lendemain j'y précipitai une équipe.

Qui est rentrée avec un adorable chaton (mais plus vieux) roux.

Et c'est ainsi qu'ObiWan est rentré dans nos vies.

Cats.jpg

Juste pour le plaisir de prononcer des phrases du type "ObiWan Kenobi, enlève ta patte de ce yaourt !" ça valait la peine.

Je suis maintenant à la tête d'un cheptel félin qui a la particularité d'avoir ses correspondances dans mon cheptel d'enfants.

On a une brune pas super câline, parfois un peu distante, rigolote et dont la gourmandise est très ciblée. Et puis on a Maïa qui lui ressemble de couleur de poil comme de caractère.

On a un blond vénitien éperdu d'amour, jaloux et possessif, goulu joyeux et extraverti. Et puis on a ObiWan qui lui ressemble de couleur de poil comme de caractère.

On a une brunette qui a bien grandi mais qui finit sa croissance plutôt sur un modèle "gabarit moyen" (et Maïa pareil).

On a un pâlichon géant qui est nettement plus grand déjà que sa frangine au même âge, et le diable sait où ça s'arrêtera (et ObiWan pareil).

Obi (que j'appelle parfois Bibi et j'adresse toutes mes excuses mentales à Tellinstory pour ça !) a pris toute sa place et même un peu celle de Maïa qu'il boute hors de notre lit quand il veut sa place. Les deux jouent un peu à se battre et font la sieste à proximité, ont des heures de folles poursuites quasi fixes et nous font marrer souvent.

Cro-Mi et Lomalarchovitch aussi.

(Du coup il nous faut un troisième chat pour incarner le Lutin)

(Nan je rigole).

lundi 3 décembre 2018

Ma check list du matos pour le vélotaf - y compris les erreurs de casting !

L'an dernier à la même époque j'avais peur de rouler la nuit et j'avais repoussé le vélotaf aux beaux jours.

Depuis je me suis enhardie et équipée, avec des choses qui fonctionnent très bien et quelques erreurs de casting.

Faisons le point.

Pour planter le décor, je suis peu frileuse et je transpire facilement, du coup il y aura probablement des choses à ajuster si vous êtes dans la team frileux(se).

Ce dont je suis ravie :

  • D'avoir changé ma lampe avant (qui faisait déjà ses 30 lux) pour une 100 lux (la Busch & Müller Lumotec IQ‑X, pour ceux qui vont demander). Je vois du coup très bien de près, de loin, j'ai un gros halo qui me rend également bien visible. Et les poussières qui passent devant prennent des airs de poussière d'or, j'ai l'impression de chevaucher une licorne à paillettes, c'est génial.
  • D'avoir investi dans des vêtements de ville fonctionnels. Je déteste enfiler des trucs "en plus" et devoir m'en dépouiller. Du coup j'ai une parka déperlante et qui tient plutôt très chaud très cool pour le vrai froid (quand je ne vais pas me désaper à mi parcours parce que j'ai trop chaud) et une doudoune fine et facile à rouler / caser dans la sacoche pour quand il fait moyen et que je vais avoir trop chaud au bout du premier kilomètre. Je porte les deux que je fasse du vélo ou pas, c'est juste que j'ai intégré l'option "et si je roule" dans mes critères d'achat.
  • D'avoir hacké mes lunettes de repos pour l'ordinateur pour les trajets sans soleil. En été pas de soucis, j'ai mes lunettes de soleil, mais même sans parler de nuit, quand il fait gris, elles sont vite contre-productives. Mais le petit vent froid ça pique les yeux. Les miennes ont été gentiment fournies par mon employeur, mais je sais de source sûre (on a des fashion victims ou pas dans son entourage) qu'on trouve facilement des lunettes sans corrections qui prendront tout leur sens pour les chochottes des yeux dans mon genre.
  • D'avoir investi dans un bandeau anti transpi. (J'en connais une qui se moque et m'appelle John MacEnroe) mais à la fois ça m'évite la goutte de sueur qui coule en permanence et en plus ça me tient chaud aux oreilles : win win !
  • De ma grande sacoche "vélo" qui contient le matos pour réparer, se rafraîchir et les équipements pluie en saison pourrie. J'y glisse mon sac à dos en toile avant de partir et zou. Elle est extensible, facile à transporter hors vélo, plutôt jolie, déperlante, sert aussi à faire le marché à l'occasion, bref, parfaite !
  • De ma sacoche d'ordi qui permet de le déplacer séparément des affaires de vélo et d'équilibrer le poids sur le porte-bagage. Et qui ressemble à n'importe quelle sacoche d'ordi une fois détachée (attention aux pulls à mailles larges avec les crochets, néanmoins :D)
  • De mes gants. Des mitaines quand il fait plus de 12, deux paires de gants pour l'hiver, une "normale" qui résiste à la pluie, l'autre paire de "mitaines moufles" hyper chaudes et pratiques pour sortir un doigt vite fait (mais qui craignent la pluie, rien n'est jamais parfait en ce bas monde).
  • De mon casque à conduction osseuse qui me permet d'écouter des podcasts sans obstruer mes oreilles et donc d'être en conformité avec le code de la route. Par ailleurs je l'utiliser régulièrement hors vélo (pas plus tard qu'hier dans le TGV pour pouvoir écouter la radio tout en gardant les oreilles disponibles pour les enfants.

Ce pour quoi je suis toujours dans le doute :

  • Ma cape de pluie. Je n'aime pas du tout l'effet sauna, l'effet capuche, que j'ai dû la sortir deux fois. Elle fait très bien le job mais vraiment, je n'aime pas la porter. Du coup je privilégie les vêtements pour le haut qui protègent de la pluie raisonnable et je la garde en cas de déluge imprévu, environ. D'autant que je trouve le principe de cape un peu chiant quand ça vente, et comme je l'ai découvert en faisant du vélo, sur ma route, ça vente souvent.
  • Le pantalon déperlant doublé et coupe-vent que j'ai commandé : sera-t-il aussi "de ville" d'apparence que ce qu'il semble être ? Assez chaud ? Pas trop chaud ? Vais-je réussir à faire des ourlets potables ? Vous le saurez au prochain épisode !
  • Les cuissards qui m'ont été utiles suite à un bobo mal placé mais qui ne le sont plus . Encore que sous les maxidress ça permet de faire sa maline en disant qu'on a pas de culotte (coucou Mélie !) mais bon.

L'erreur de casting :

  • Le pantalon de pluie. Ça me semblait une bonne idée, en vrai c'est environ impossible à enfiler avec des chaussures donc hors de propos si la pluie surgit sur le chemin, et puis pour faire entrer ma largeur j'ai du le prendre très long et c'est moche et casse-pieds. Du coup je l'ai porté pour l'essayer et je suis en train de l'offrir à mon Enchanteur. Je dois passer à la Poste chercher les rainlegs que j'ai commandées en remplacement, je vous dirai.

Et voilà, vous savez tout (pour le moment !). Bilan de fin d'hiver à venir, peut-être, quand il aura fait vraiment vraiment froid !

lundi 10 septembre 2018

Un an avec Wyatt

Wyatt ayant été mon beau cadeau d'anniversaire de l'an dernier, pas besoin d'être mathématicien de haut niveau pour dire que ça fait un an que nous cheminons ensemble !

Quelle aventure, mazette !

Ça faisait plusieurs décennies que je n'avais pas mis les fesses en selle. Je commence à ne plus être de la toute première fraîcheur et j'ai un considérable poids à charrier, autant d'arguments qui faisaient que je tenais le vélo à distance de ma sphère mentale (sans parler de la trouille de tomber et de se faire mal).

Et ben croyez-le ou non, rien de tout ceci n'est insurmontable.

J'ai commencé par utiliser mon vélo pour de petits trajets (au marché, 1 petit kilomètre, à la piscine, environ 3 kms...)

Petit mais régulier.

Et puis à cause de pneus volés sur ma voiture, j'ai fait mon premier trajet vers le bureau au moment du changement d'heure.

J'étais trempée, épuisée et j'ai mis un temps fou à arriver, néanmoins fière et heureuse ! Je me souviens encore : 52 minutes à l'aller pour mes 9 petits kilomètres et demi.

J'ai continué à faire des mini trajets tout l'hiver et j'ai appris à mouliner !

En avril, je me suis lancée avec un, puis deux, puis trois trajets par semaine. Du coup j'ai dû finir cette première année à 600 et quelques kilomètres parcourus.

Les mêmes 9,5 kms me prennent maintenant une quarantaine de minutes (je ne suis toujours pas rapide, mais ça va plus vite). Je regarde les saisons se succéder, je profite de la nature et je suis arrivée bronzée en vacances.

Avec Wyatt on a fait des trajets où on a eu chaud, d'autres où on a pris un peu de pluie. Des directs, des avec pause pour retrouver les mûres mûres ou mon Enchanteur et Lomalarchovitch. On est allés en centre-ville et avons constaté que ça allait plus vite qu'en voiture. On a fait des pique-nique.

Entre le vélo et la piscine, je n'ai plus les genoux qui grincent et les chevilles qui coincent le matin au réveil. Je pense que mon rythme cardiaque a baissé et il est possible (donnée non mesurée !) que j'ai perdu quelques grammes.

Mais surtout, lui et moi, on a transformé le trajet quotidien en moment de plaisir : celui d'être dehors, de se saluer avec les habitués, de rigoler avec des passants. De sentir le vent (toujours de face !), de prendre le temps d'un podcast. J'arrive de bonne humeur au bureau, je vide ma tête sur le trajet du retour.

Et last but not least : je consomme deux fois moins d'essence (tous ces trajets que je ne fais plus en voiture !). Sans parler de polluer moins.

Alors si ça vous tente, un jour, de prendre votre biclou pour aller au bureau, si je peux le faire, vous pouvez. Et si, comme moi, vous avez la chance d'avoir un magnifique trajet à l'abri des voitures, profitez !

mardi 24 juillet 2018

La saisonnalité du chat d'appartement

Maïa, depuis quelques semaines, boude notre lit.

"Vous me tenez chaud, et puis je n'aime pas le ventilo" semble-t-elle dire avec une moue féline boudeuse.

Ce n'est que posture.

La vérité vraie c'est qu'en été, nous profitons du soir et de la configuration traversante de l'appartement pour aérer et rafraîchir nuitamment, en ceci aidés par le grillage en nylon qui évite à notre féline préférée de se jeter du 9e étage.

Et du coup pour elle, c'est la télé ! Elle passe son temps à mater les pigeons et les menacer, de l'arrière de son grillage (que je suis d'autant plus contente d'avoir installé).

La preuve ? Les soirs où nous n'avons pas encore ouvert (parce qu'il fait encore plus chaud dehors que dedans, ou parce que nous avons oublié) et que les volets sont baissés de son côté "TéléChat", vous savez où elle est ?

Ici.

MaïaEté.jpg

Collée à moi en mode même pas chaud (alors que si, je vous jure).

mercredi 11 juillet 2018

4 ans

Quatre ans ! Dans deux heures et une minute à l'heure à laquelle je démarre ce billet (11h11 pour ceux qui seraient perdus avec l'heure de publication), ça fera quatre ans que j'ai fait connaissance avec ce petit blond à joues rondes et à petit nez rigolo sorti de mon ventre.

Quatre ans de sourires pleins de fossettes, d'yeux bleus qui pétillent, de caractère solide derrière une gentillesse charmante. Quatre ans d'étonnement devant son esprit vif et son cerveau galopant. Quatre ans de grincement de dents devant sa créativité en matière de testage de limites :D Quatre ans de cœur fondu devant sa tendresse.

Ce matin il s'est levé tôt pour jouer avec les premiers cadeaux offerts. Il va aller au centre de loisirs avant le goûter avec une autre partie de la famille, peut-être le temps pour une petite leçon de vélo sans roulettes (il a commencé hier et c'est fort prometteur !)

Sacha4.jpg

Mon garçonnet a fait une première année de maternelle à son image, le matin en petite section, l'après-midi en moyenne. Il compte à l'infini si on l'aide un peu avec le nom des dizaines, connaît toutes les lettres et sait déjà presque les écrire toutes, c'est le champion de phonologie chez les moyens.

L'an prochain la maîtresse de moyenne section qui lui a fait une place dans sa classe le prend dans un double niveau moyen-grand, histoire de mettre le plus de souplesse possible autour de ses apprentissages, et puis on verra où il va et où il en est dans l'année. Ils s'entendent très bien et ils sont motivés l'un et l'autre par le chantier lecture :)

Mon joyeux et enthousiaste a largement laissé le bébé derrière lui, je suis si fière de lui, chaque jour.

Bon anniversaire mon fils d'amour.

mardi 26 juin 2018

Merci pour tout

Il y a des rencontres plus atypiques que d'autres.

La mienne avec Erick était totalement de notre époque (pas de celle de nos naissances).

Il gérait le compte d'Une faute par jour sur Twitter, je gagnais parfois un zéro faute toute la semaine à la dictée du matin. Je trouvais qu'il faisait bien son job, avec une bonne distance entre convivialité et respect.

Quand on a commencé à parler de faire des blogs au bureau, je lui ai proposé de se rencontrer pour qu'on en parle. C'est marrant comme on a beau "travailler dans les internets", de façon plus ou moins technique, ça reste incongru de se faire faire une proposition de business en message privé.

On s'est rencontrés et on a commencé à travailler ensemble. Un blog, puis deux. Des livres blancs, des interviews.

Ce qui n'était pas dans le cahier des charges initial c'est qu'on allait si bien fonctionner ensemble. On avait plusieurs conversations par jour sur plusieurs fils de mails, parfois avec des ajouts par SMS ou par téléphone. Et on s'y retrouvait.

On avait la même façon de réfléchir, d'avoir le cerveau qui travaille en arrière-plan et tout soudain, pouf, le truc clair qui surgit comme une évidence.

On a beaucoup beaucoup beaucoup ri. Beaucoup refait le monde. Beaucoup fait de projets.

Beaucoup mangé de viande avec des frites lors de nos déjeuners, presque tous les mois, sans qu'on en ait fait une obligation, juste que souvent on avait envie de manger ensemble, quelques minutes de point boulot et puis du bon temps ensuite. Je me suis parfois incrustée dans des interviews pour mes blogs, celle de Tristan, notamment. Un chouette moment, doublé du bonheur d'avoir été l'un des instruments de leurs retrouvailles.

Bref on est devenus amis. On se parlait de nos enfants, nos fiertés, nos pans difficiles, on rigolait. On se disait que c'était vraiment chouette de travailler ensemble. Il était très fort pour dire ce qu'il voyait de bien dans les gens. J'ai sa voix dans l'oreille, le son de son rire. Encore.

Ça fait moins de cinq ans qu'Erick était entré dans ma vie mais c'est devenu quelqu'un d'important.

L'an dernier il est tombé brutalement malade, ou plutôt, la réalité de sa maladie s'est brutalement fait connaître à lui. Il s'en est sorti une première fois, avec quelques mois bonus pour profiter de la vie, de sa femme qu'il admirait tellement, de son fils, des amis.

Il détestait être malade, être diminué. Et puis il y a deux mois il m'a envoyé un mail pour me dire qu'il n'arrivait plus à bosser et qu'il était temps pour lui de prendre du temps pour affronter ça. Je me souviens, il m'a écrit "ça n'est pas la fin".

Son dernier SMS répondait au mien, "des bisous", mais avec une sorte de bafouillage dedans. J'ai su après qu'il était déjà hospitalisé. J'ai compris après combien ce SMS avait dû lui coûter pour juste arriver à se concentrer, l'envoyer. Je crois que c'est l'un des plus beaux cadeaux d'amitié qu'il m'ait fait, cet effort pour envoyer deux mots.

Et puis il est mort, il y a quelques heures. C'est un grand vide. Je pense constamment à sa femme et à son fils pour qui cette dernière année presque et demi a dû être un cauchemar, une épée de Damoclès et pour qui le futur doit être bien sombre aujourd'hui.

Je pense à Erick et je me dis qu'il va beaucoup manquer au monde.

A moi, en tout cas, il va manquer énormément. Il manque déjà énormément.

Merci pour tout, Erick. C'était chouette de te connaître.

mercredi 20 juin 2018

Dans mes oreilles

Ça fait quelques années que j'ai des problèmes avec le traitement de l'actualité, ironie du sort pour une qui a un jour rêvé d'être journaliste.

Longtemps la radio m'a permis de rester au courant après avoir arrêté les JT sous toutes leur forme, et pour la presse écrite je lis Les Jours, autant vous dire qu'on est pas dans la course au scoop la plus acharnée.

Mais même comme ça, beaucoup de journaliste m'agacent, leurs invités m'horripilent souvent (quand pas pire), j'ai l'impression d'être en colère constamment et d'être impuissante à aider le monde à aller mieux.

Au début de mes trajets à vélo, j'écoutais d'une oreillette (pour garder l'autre oreille aux sons environnants !) la même chose que dans ma voiture, la matinale de France Inter. Je me suis rendu compte que très vite, si je n'étais pas indignée, je décrochais et je n'avais pas retenu grand-chose à l'arrivée. Que par ailleurs le fait d'être informée très en détail du sort du monde ne changeait hélas pas grand chose.

Du coup je suis passée aux podcast. Et particulièrement ceux de Popopop, l'émission animée par Antoine de Caunes sur Inter, à une heure où je ne peux l'écouter.

Merveille ! Déjà parce qu'avant, je n'avais jamais le temps disponible pour des podcast, aussi parce qu'il est évidemment excellent et qu'il est aussi bon en intervieweur qu'en amuseur.

Du coup, j'ai ri aux éclats, à voix haute, avec Alain Chabat, été captivée par ce que racontait Josée Kamoun, la traductrice de la nouvelle version de 1984, découvert des artistes, vibé fort en écoutant James Thierrée, pétillé avec Vincent Dedienne...

Hier j'avais opté pour la spéciale Higelin et j'ai changé avec Jacques qui chantait sur les disques qu'il choisissait, c'était un vrai moment de bonheur.

C'est essentiel de cultiver les instants de bonheur.

microphone-2627991_1920.jpg

lundi 18 juin 2018

Le coup de vieux

Ça fait un moment que je ne suis plus la plus jeune des équipes où je travaille, et rarement celle de la bande de copains réunie à l'instant T.

Pourtant, cette année, ça a été l'année du coup de vieux.

Entendons-nous : aux yeux de la folle jeunesse je suis en plein déni. Je fais des choses que je ne faisais pas il y a 20 ans, je ne me sens pas limitée par grand-chose (outre un planning serré et des moyens réduits). Si ça ne tenait qu'à moi, je ne me sentirais pas vieille !

Ça n'a pas de rapport non plus avec le fait que la jeune femme en alternance qui enchante mes journées pro a la moitié de mon âge.

Pour autant, pour la première fois, je me sens d'une certaine façon disqualifiée par le fait d'avoir plus de deux fois vingt ans, mais aussi la charge - mentale, temporelle - d'une vie de famille.

Je ne sais pas expliquer ce sentiment précisément, c'est diffus, sans doute en parti teinté de mon propre ressenti (de ma paranoïa ??).

Mais c'est comme ça.

Le coup de vieux de la daronne dans une nichée de post ados, libres de tous leurs mouvements.

Spa très grave. D'abord je me trouve plus sereine sur un certain nombre de choses que quand j'avais leur âge (et je leur souhaite d'aller plus vite que moi sur ces sujets !) Ensuite, c'est quand même plutôt un signe de bonne santé, de vieillir. Enfin, comme je disais plus haut, je ne me sens pas limitée par quoi que ce soit. Au contraire, je fais bien plus de choses qu'il y a dix ans :)

Alors juste un constat. Le temps passe et parfois il se laisse mesurer. C'est parfois spectaculaire.

vendredi 8 juin 2018

Ce matin, un lapin

(Ne me remerciez pas pour cette chanson qui va vous suivre toute la journée, les quadragénaires !)

Les aventures à vélo se poursuivent et se passent plutôt bien. J'ai passé le cap de deux trajets par semaine, ça passe. Et cette semaine, celui des deux trajets deux jours de suite. Ça pique un peu, mais ça passe.

Pour nous détendre, j'ai pris mon après-midi et j'ai prévu de retrouver mon Enchanteur à la piscine (pas sûre du tout de faire autant de distance que d'habitude, hein).

Plus le temps passe et plus je me réjouis du choix de ce vélo pas très typique.

Son confort est l'une de ses grandes qualités et j'apprends à le connaître de mieux en mieux. L'autre jour, suite à une déviation inopinée, je me suis retrouvée en ville et j'y ai constaté que j'ai quand même nettement gagné en aisance (de conduite et de comportement). Il est fiable et robuste, si on met de côté l'étonnant sifflement grinçant disparu aussi vite qu'il avait apparu d'hier !

Je prends goût aussi à comprendre comment il fonctionne et au petit entretien. Un jour je finirai peut-être stagiaire de Auprès de ma selle, allez savoir ?

En attendant je soigne ma chaîne, je resserre tout ce qui se desserre à force de faire des trajets sur des chemins pas complètement lisses, j'apprends à le connaître.

Je commence à reconnaître les vélos (et les têtes !) de certains vélotafeurs réguliers que je croise ou qui me double, on se salue. Ce matin (j'étais en robe, ceux qui sont sur Twitter savent, pour les autres je raconterai) ration de sourires qui a compensé la petite partie urbaine un peu pénible - alors qu'hier c'était tout cool.

Bref, Wyatt est devenu mon fidèle allié ainsi qu'une occasion de plein de choses agréables et même s'il ne me fait pas gagner de temps sur les trajets boulot, il me fait arriver de bien meilleure humeur.

Un de mes cadeaux d'anniversaire préféré de toute ma vie <3

PS : le lapin du titre c'est celui que j'ai croisé sur ma route, ce matin.

lundi 14 mai 2018

Le lac qui n'était pas là

Pour faire écho aux promenades de Franck et à la demande de Gilda, voici donc la légende familiale du lac de Sainte Croix, alias le lac qui n'était pas là.

C'était l'été et il faisait chaud. Cette situation, bien que parfaitement habituelle dans le Var à cette période, était d'autant plus insupportable que la jeune fille au pair qui nous accompagnait et moi avions chopé la varicelle de mon petit frère.

Chaleur, sueur, gratouillis, interdit de toucher, pas de soleil, pas d'eau de mer. Des vacances pas comme les autres.

Pris de pitié par notre état lamentatif et sur la fin de la maladie, Papa a décidé de nous emmener en balade dans les terres, pour y profiter d'une fraîcheur relative.

A cette époque lointaine le GPS n'existait pas en version "pour les particuliers" et nous naviguions avec une bonne vieille carte Michelin, impossible à remettre dans ses plis. Quand je dis nous, la mission revenait à ma pauvre Maman qui a bien des qualités mais pas celle d'être à l'aise avec une carte en voiture et qui se faisait houspiller régulièrement.

Nous en étions exactement à ce point. Papa lui disait "mais regarde, il y a un énorme lac, là, tu vas bien le voir sur la carte".

Et Maman, en pleins sentiments mêlés, je suppose, de dire timidement puis moins : "mais non, je te jure, il n'y a pas de lac sur la carte".

Situation ubuesque qui a duré quelques minutes.

Si on avait eu accès Wikipédia dans les téléphones portables pas encore inventés, on aurait su immédiatement que le lac de Sainte Croix était un lac artificiel et relativement récent[1]. En tout cas plus que le millésime de la carte dans la boîte à gants de Papa.

Tout ceci s'est terminé dans l'hilarité générale autour dudit lac quand Papa nous a dit "ok pour une baignade en eau douce" et que le simple fait d'enlever nos t-shirts a créé un grand vide autour de nous. Miam les petits boutons.

Note

[1] 1973, me dit justement Wikipédia

- page 1 de 25