Sacrip'Anne

« Oui, je sais très bien, depuis longtemps, que j’ai un cœur déraisonnable, mais, de le savoir, ça ne m’arrête pas du tout. » (Colette)

samedi 11 mai 2024

Photographies et conséquences

Il y a un truc que j'aime, pour lequel je ne suis pas vraiment douée, mais que j'aime néanmoins, c'est prendre des photos.

J'en discutais récemment avec Franck puis Michel, amis et référents sur le sujet, j'ai un petit souci mécanique à ce sujet. J'aime mieux la sensation de mon reflex dans les mains, plus du tout pour stabiliser la photo, mon smartphone le fait très bien, mais pour me stabiliser moi dans la prise de vue. Sauf que, pas de bol, il faut bien se rendre à l'évidence, ce dernier est (largement) dépassé par le même smartphone en termes de qualité d'image.

Et puis ce que j'aime (aimais), moi, c'était de prendre des visages à la volée, un truc dans l'expression qui en dit plus sur la personne photographiée que n'importe quel portrait posé. A vrai dire, je pense que ça en dit surtout sur celui ou celle qui regarde et photographie. Mais bon, c'est une autre discussion.

En 2024.

Plus personne.

Ne reste naturel quand un appareil, quel qu'il soit, est dans les parages.

Bon, c'est pas comme si on brisait une vocation. Du coup je me contente d'immortaliser des moments, des sortes de cartes postales instantanées. Mes plus fréquents rendez-vous sont sur le toit de mon bureau. Pas compliqué, tu regardes n'importe où, tu cadres n'importe comment, c'est beau.

Le rendez-vous d'après c'est d'envoyer chacun la sienne (toujours différentes l'une de l'autre) à mes deux destinataires des matins de bureau. Comme un bonjour qui se glisse dans leur téléphone avec un coin de joli (j'espère).

Quoi qu'il en soit il arrive que, sur un malentendu, j'en trouve quelques-unes pas si mal.

Et là, j'avais dans ma chambre un cadre avec des photos d'une autre époque. J'ai donc fait imprimer une série de photos parmi mes préférées, constaté que j'en avais peu dans la bonne orientation, sélectionné cinq élues.

On peut se risquer à dire, sans possibilité de se tromper, que le mec qui m'a vendu un tube de" sans clou ni vis" il y a 13 ans et quelques ne m'avait pas menti, le truc tient bien. J'ai mis un temps fou à décoller le cadre du mur. Ainsi qu'une couche dudit fixant et du papier peint repeint dessous. Peut-être même un peu de béton armé (quasi tous les murs chez moi sont en béton armé, ça présente quelques inconvénients).

Voilà.

J'ai passé ensuite un temps certain, avec la délicatesse qui me caractérise en ces jours d'envie de tout cramer, à décoller le sans clou ni vis sédimenté à l'arrière du cadre. Si seulement je m'étais souvenue que j'ai son jumeau quelque part, hein ? Mais non. Pas avant d'avoir fini.

Foutoir garanti.

Armée de l'outil qui m'a aidée dans cette mission, à moitié à poil et en tailleur mon lit, je me suis d'ailleurs fait la réflexion que la lame de ce couteau à enduire ou autre outil au doux nom semi mystérieux avait l'exacte forme et taille d'une cicatrice sous le dessous de mon pied. Pas la première de nos aventures ensemble un jour de grand calme, raisonnable, hein, mec ?

Bref, il restait un fond de tube d'un autre fixateur, j'en ai mis sur l'arrière du cadre. Mur bon à repeindre pour mur bon à repeindre, faisons comme dans la marine et chez mes grands-parents : peinture sur merde = propreté. Collons par dessus, on verra à ma prochaine envie de changement si j'arrache le mur complètement ou si j'en garde un bout par nostalgie. #SheHulk

Bonne blague, il n'y en avait pas assez pour que ça tienne.

Mais bon, on a jamais été aussi près de la soluce, les gars. Y a pas quelqu'un qui veut me foutre en vrac encore un peu plus, que j'aille chercher la rage d'en découdre qui me manque pour finir ? (Ne faites pas ça, honnêtement, je ne garantis la sécurité de personne qui viendrait essayer. Je viens de lâcher un "lol, connard" à un mec qui vient de me traiter de bourgeoise sur Twitter, je suis au taquet pour arracher la tête de quelqu'un, là, tout de suite).

On y est presque, donc.

(Ironiquement il n'y a pas, dans ma sélection, une de mes photos préférées, qui est d'une absurdité sans nom, personne ne peut comprendre sauf la personne qui l'a prise et moi, je pense. Et ça n'est même pas pour cette raison qu'elle n'est pas dans la sélection, mais pour une bête question d'orientation. A vrai dire, comme personne ne comprendrait quoi que ce soit à la présence de cette photo et que ma chambre n'est pas un musée ultra fréquenté, tant que le truc n'est pas collé, il n'est pas exclu que je change d'avis. Comme quoi on dit être bouleversée par l'art, et c'est la blague et le joli souvenir autour qui l'emportent).

jeudi 9 mai 2024

Lomalarchovitch et les oeufs au plat

Lomalarchovitch, mon bébé, mon tout petit, celui pour qui je n'ai plus besoin de me baisser pour le câliner, qui chausse du 38, Lomalarchovitch né hier ou quasi, donc, a un nouveau rituel.

Il me fait des œufs les matins de petits déjeuners pas pressés. Des œufs au plat, souvent. A la coque, parfois.

Je ne saurai vous dire l'émotion qui me saisit quand je vois mon tout, tout, tout petit géant prendre sa place en cuisine puis débarquer fièrement, plateau à la main, pour un moment partagé.

J'essaie de lui dire autant à quel point j'adore ça ET qu'il n'a aucune obligation.

Quand je vous dis faiseurs de bulles d'amour...

lundi 6 mai 2024

Faiseurs de bulles

L'autre soir j'étais avec Cro-Mi et sa licorne à un concert.

La licorne en question est autiste, ce qui rend le moment, bien que souhaité, un peu compliqué pour lui.

Tout le bout de soirée qu'on a partagé, j'ai vu Cro-Mi entourer son amoureux d'une bulle d'amour et d'attentions pour le mettre à l'abri. C'est rare, précieux, et parfois fragile, les licornes.

Ca m'a touchée en plein cœur.

Cette qualité d'attention à l'autre, je sais très précisément de qui il le tient.

Alors quand je le vois faire, je me dis que je n'ai pas complètement tout foiré dans la vie. Je lui ai offert ça, cette capacité à aimer intensément, à donner beaucoup.

Avec une petite amertume, une envie de lui dire de faire gaffe, de ne pas s'oublier au passage.

Mais ils sont heureux. Pas envie de mettre du sombre au-dessus de ces réjouissantes créatures [1].

Vous faites quoi de la vie ?

Faiseurs de bulles d'amour.

De mère en enfants.

Note

[1] Globalement j'admire sa capacité à choisir des personnes géniales pour accompagner son chemin amoureux. Et je ne dis pas ça que parce que les deux dernières rient à mes blagues.

jeudi 2 mai 2024

Je vous parle d'un temps

La plupart du temps, quand je pense à la jeune adulte que j'étais, je suis plutôt soulagée d'avoir avancé depuis. Tous ces trucs qui me ravageaient au passage et dont je sais, enfin, un peu mieux me servir. Toute cette pression que je me suis mise pour répondre aux attentes, obtenir l'approbation et dont je me dégage, doucement, petit à petit.

Je me trouve infiniment plus fréquentable maintenant, la plupart du temps.

Si je devais revenir à mes vingt ans, armée de ce que je sais de moi maintenant je... je ferais sans doute exactement la même chose. Ne serait-ce que pour mes enfants, ils sont ma vie et le fruit d'un chemin qui, s'il ne m'a pas rendu heureuse, intrinsèquement, a fait de moi leur mère, le truc le moins regrettable au monde. Et heureuse de l'être. C'est déjà ça.

Alors ok, est-ce que je leur ai rendu service, à les construire comme ils sont, mes petits, trop intelligents, trop sensibles, trop intenses pour leur propre bien-être ? J'espère qu'ils seront plus vifs à trouver leurs chemins, à naviguer le monde. Qu'ils seront plein de vie et d'envies d'un bout à l'autre.

Ils sont là et je me refuse à imaginer un monde où ils ne seraient pas. J'en suis absolument incapable, j'ai le souffle coupé par l'amour que je leur porte et celui qu'ils me donnent.

Si je revenais, donc, ça ne changerait de toute façon pas : le monde est plein de gamins ultra talentueux, brillants, qui apportent ou apporteront au monde des choses qui le rendent au moins un peu plus habitable.

J'en suis incapable. Même moins con qu'à l'époque. Ma présence ici est insignifiante. C'est vertigineux à quel point rien n'a de sens, ni d'importance réelle, si petits sur une si petite planète au milieu d'un univers inconcevable, nos emmerdes si grosses qui ne sont rien et qui nous remuent tant.

La plupart du temps ça ne me pèse pas : ce qui compte, dans la mesure de mes moyens bassement humains, c'est l'amour que je donne, et je crois que je fais ma part.

Et puis les sales journées, où les tracas s'empilent, pas forcément graves, juste assez emmerdants pour déclencher une envie d'aller voir ailleurs, si on y est.

Les jours où on se sent si seule et inutile qu'on se demande "et si je n'étais plus là, à qui je manquerais, dans mettons six mois, un an ?" Mes parents, mes enfants. Et puis ?

Bien sûr c'est passager, bien sûr demain ça ira mieux. Bien sûr je trouverai toujours le chemin pour aller tirer la manche de quelques unes d'entre vous pour leur demander : "Dis, tu m'aime ?" histoire de trouver le carburant pour avancer encore.

C'est juste une de ces journées pleine de vide existentiel. Où quand tu rentres et que ça pue l'oignon et la soupe au poireau de l'aisselle douteuse dans une fringue sale sur ton territoire, que tu ne peux entrer dans aucune pièce sans y trouver quelqu'un, que ton refuge est encore et toujours envahi, que ça vient mettre la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Parfois je me demande à quoi ça sert d'avoir mis tant d'énergie à essayer de me réapproprier ma vie pour si peu de changements concrets plusieurs mois après.

Bref. Assez d'auto apitoiement. Il est l'heure d'entrer dans la musique, puis dans la littérature, comme je m'immergerais dans la mer, habillée de pied en cap, les bras en croix. Pas pour s'y laisser couler mais pour se faire soutenir par le flot. Par la beauté déchirante de certains accords ou de certains mots. Pour que ceux font profiter au monde de leur talents soient écoutés, lus vus, avec l'attention qu'ils méritent.

Ca ira mieux demain.

mardi 30 avril 2024

Gris

Ca fait trois ou quatre fois que j'ouvre un billet pour raconter notre Paris-Carnet d'hier, comme le veut la bonne tradition.

(On a passé un très chouette moment, c'était bon, on a a bien ri, bien papoté, et même été raisonnables).

Mais bon, on ne va pas se mentir, c'est pas la grande forme.

On est à peine mardi et je me suis déjà fait trop souvent la réflexion que Disneyland sur Olympie, à Paris et même en banlieue, ça me casse déjà nettement les pieds. Et ça n'a même pas encore commencé.

Il fait gris.

Le chien a gueulé comme un putois pour accueillir le retour de Cro Mi et de sa licorne cette nuit. Pas rendormie avant pas d'heure. Rien à bouffer pour le petit déj ce matin. Me suis traînée au bureau l'estomac vide et le bâillement aux lèvres. Les copains qui vont moyen, par ailleurs. Le cœur triste, le corps las, les bras vides, je guette l'heure de retrouver une amie ce soir avec impatience. Je ne sais pas si on sera l'une et l'autre dans notre meilleur état mais on sera ensemble.

Mais vraiment, c'était chouette, le ranimage de Paris-Carnet. Faudrait qu'on fasse ça plus souvent.