La vie et toutes ces sortes de choses

vendredi 13 mars 2020

Des choses à raconter

Or donc les écoles ferment.

Pour cause d'asthme je suis en télétravail à durée illimité (les semaines à trois enfants à la maison ça promet d'être joyeux !), mes collèges vont l'être beaucoup, peut-être rapidement totalement, nous verrons.

Cette épidémie de Coronavirus (je ris d'avance en imaginant ma tête, relisant ce billet dans dix ans : quels souvenirs en aurai-je ?) nous vaudra au moins une chose : avoir vécu cette situation jusque là inédite dans ma vie.

Comme je disais à des amies chères ce matin : au moins on aura des trucs à raconter quand on sera vieilles.

Je regarde d'un air effaré passer des infos sur les hypermarchés dévalisés. Noé me signale à l'instant qu'on manque d'oeufs, je ne sais que penser à l'idée de passer chez Leclerc en rentrant de l'école. Y trouverons-nous des cohortes de vieillards affamés faisant le plein de pâtes et de PQ ? Sera-ce Walking Dead aux Fossés-Jean ?

Rentrer de l'école, aller y déposer Lomalarchovitch. Voilà un plaisir de télétravail qui disparaît aussi.

Je suis sûre qu'on tirera le meilleur de cette situation, mais que restera-t-il de notre santé mentale après plusieurs semaines de travail avec ce joyeux et infatigable zébulon toute la journée ?

Bref. L'inconnu.

La sensation un peu étrange de perdre des repères.

Mais aussi une forme d'excitation à vivre de nouvelles choses. A en découvrir.

Ces dernières semaines / heures sont bien étranges, résolument.

lundi 2 mars 2020

L'AB Test du pot-au-feu

Férus de cuisine et de gadgets qui aident à la faire, nous avons récemment fait l'acquisition d'un multicuiseur, qui mijote, cuit à la vapeur, à haute pression et permet d'avoir l'impression de piloter un vaisseau spatial pour Mars quand on appuie sur ses boutons.

A vrai dire je n'ai jamais, de ma vie adulte, possédé de cocotte-minute et j'ai une faiblesse sur la cuisson des légumes secs, que je rate avec une régularité déconcertante. Ca me coûte de l'avouer en public, mais c'est comme ça.

Ce magnifique instrument (que j'ai oublié de prendre en photo en vue d'écrire ce billet, hélas), était donc la promesse pour moi de pois-chiches merveilleusement et rapidement cuits[1] , de lentilles enfin comestibles, de haricots blancs fondants et savoureux.

Entre autres.

Mais nous ne nous sommes pas arrêtés là, non non non.

Nous avions déjà testé le mode mijotage pour le boeuf bourguignon, qui a été adopté à l'unanimité des membres de la famille présents pour la dégustation.

Le temps était venu de tester le pot-au-feu.

Sauf que Noé, dans un enthousiasme délirant, a acheté de quoi faire une double dose de pot-au-feu par rapport à nos besoins pour au moins deux tournées.

J'ai alors suggérer de faire concourir notre bonne vieille gamelle avec l'instant-pot, histoire d'adapter les méthodes de l'AB Test [2] qui occupent une partie de ma vie professionnelle à la maison. J'ai sérieusement cru qu'il a allait m'envoyer promener, mais non, je suis rentrée un soir et il y avait deux pot-au-feu pour 10 personnes chacun qui mijotaient, chacun dans son pot.

Fort heureusement, on aime le pot-au-feu, à la maison.

Et c'est la version Instant Pot qui a gagné.

Quelle aventure, mes aïeux.

Notes

[1] De fait, nous avons transformé ce week-end 1 kg de pois-chiches secs en 2,4 kgs de pois-chiches cuits et congelés en sachets de 400 g prêts à l'usage, je JUBILE !

[2] Pour ceux qui ont la flemme de cliquer, une comparaison entre deux versions d'une page / d'un email / d'une appli pour voir ce qui fonctionne le mieux et optimiser en fonction

jeudi 20 février 2020

Dans la famille Les Crados, je demande...

Ca fait assez longtemps qu'on a pas parlé de mouchage ici et j'avoue que ça manque un peu aux internets, à mon avis.

Or donc j'ai découvert, notamment grâce à Anna Musarde, l'existence et les vertus de la pipe à laver le nez et malgré quelques réticences initiales, j'ai fini par en adopter un(e).

Je dois dire que c'est absolument efficace, la durée de mes rhumes est passée de trois semaines à trois jours, la fréquence de mes crises d'asthme a diminué, bref, je ne cesse de chanter les louanges de cet outil merveilleux.

Y compris à mes enfants.

Qui ne sont pas tout à fait aussi convaincus que moi. Inspirée par l'un des trucs qui nous faisaient rire dans mon enfance, les Crados (je mets un lien pour les pauvres jeunes qui passent ici et n'ont pas connu) (vraiment vous avez loupé un truc), je leur raconte la jubilation dégueu mais totale de voir l'huître bien cracra passer par sa narine pour disparaître au fond du lavabo.

Ca les fait ricaner.

Et figurez-vous que ça ne marche pas qu'auprès du jeune public, mon prosélytisme sur le sujet me poussant à recommander cette solution très largement.

Et je dois dire que toute considération nasale mise à part, il n'y a pas grand-chose de plus joyeux dans la vie que de rire comme des baleines de sujets cracras type morve et compagnie.

mardi 4 février 2020

Et plouf

Ca faisait 5 mois que je n'avais mis ni les pieds ni le reste à la piscine.

En septembre j'étais vraiment à plat, impossible. En octobre et novembre un peu mieux, mais avec un agenda plein à craquer et pas un déj assez long pour faire l'aller-retour, nager, manger.

Puis à cheval sur décembre et janvier la vidange et pouf, je me coupe le doigt. J'ai trouvé sage de ne pas aller faire tremper mon index violemment entamé dans le chlore et les bactéries des autres gens, j'ai eu suffisamment peur comme ça, merci bien.

Ce midi les planètes étaient alignées et j'ai enfin repris le chemin de la pistoche. Je me suis rendu compte que j'avais complètement oublié mes automatismes de vestiaire. Que je m'étais fait un cadeau surprise puisque j'ai trouvé dans mon sac les lunettes neuves achetées à l'automne, jamais utilisées. Complètement oublié je vous dis ! Merci moi !

Et puis dans l'eau, un petit 500 mètres pour reprendre en douceur.

J'avais oublié aussi la détente totale du corps après, presque shootée. La dalle quand tu sors.

Et surtout j'avais oublié de m'enlever les poils, ce dont je me suis rendu compte en m'essuyant les gambettes.

Vous le croirez si vous voulez mais personne n'est mort de m'avoir vu nager jambes poilues (il faut dire, je suis blonde). Personne n'a hurlé au scandale, personne ne m'a traitée de féminazie. Bref. Tout le monde s'en est foutu et c'est assez rassurant de voir que finalement le monde tourne, parfois, sans trop d'hystérie. Par coup de 5 minutes tous les millénaires.

Je suis rentrée au bureau, j'ai mangé (ouf !Il était temps si vous voulez tout savoir). Et là je me rends compte que j'ai une réunion que je n'avais pas oubliée, non non. Juste le fait qu'on y fait "photo de classe" cet après-midi. Me voici donc, la bouclette chlorée autant que rebelle, l'oeil rouge et pas maquillé.

Je rigole à l'avance de leur proposer de prendre mes jambes poilues en photo si la tête ne leur convient pas.

De toute façon tout glisse, je suis détendue limite sieste. Oui, la résistance au sommeil après la piscine aussi, j'avais oublié.

lundi 25 novembre 2019

Des arrêts

Souvent, nous autres les cyclistes urbains, on s'arrête. Pour gueuler après un coup de stress, lié à un engin à moteur, ou aux feux (si, si). Pour réparer une roue crevée, un garde-boue branlant.

Parfois on s'arrête pour prêter assistance. C'est ce que j'ai fait ce soir auprès d'une dame avec un tout petit pliant rigolo à roues minuscules, les 16 pouces de mon Brompton font géantes à côté.

Elle tentait un regonflage "pour tenir jusqu'à la maison", elle a refusé mes rustines car elle avait une bombe anti-crevaison. Merci, bonsoir, bon retour.

Quelques centaines de mètres plus loin je me suis arrêtée pour saluer Monsieur Sport qui profitait du bout de sol refait de neuf et me montrait comment on lui avait aménagé sa salle de sport en plein air, quasi, avec du mobilier urbain parfait pour les tractions, les abdos, le ceci, le cela.

Et quand je repartais il me dit : "il y a une dame qui crie, là-bas, j'irais bien mais j'ai mes affaires ici".

Alors j'ai dit que j'allais voir.

En fait d'une dame une demi douzaine de personnes, peut-être, un vélo par terre, une personne au sol qui tient une dame au sol. J'ai pensé à la chute, à une mauvaise chute et à quelqu'un qui l'empêcherait de bouger. en cas de blessure sérieuse.

"Tout va bien ?"

"C'est la dame, là", me répond un autre dame. Elle veut se jeter, le monsieur la retient.

Alors j'ai demandé si je pouvais faire quelque chose, on m'a dit que non, que les pompiers étaient prévenus.

Je leur ai signalé que Monsieur Sport était une ressource potentielle en cas de besoin de bras en plus, et puis la détresse de la dame n'est pas un spectacle, je me suis éloignée. J'ai rappelé les pompiers pour être sûre. Peut-être que ça encombre les lignes pour rien, peut-être que c'est juste l'égo qui veut se rendre utile, faire partie de la solidarité.

Mais ces silhouettes, dans le noir, sous le pont, elles faisaient le job et de façon si formidable, à tenir fermement mais en douceur cette dame, les cris de cette dame, son désespoir.

Les pompiers étaient bien en route. J'ai guetté de l'oreille les sirènes, en roulant. C'est fou ce qu'il y a comme sirènes de pompiers, le soir, pas loin du pont...

Pendant que des larmes d'impuissance, du monde qui est trop moche coulaient, je me disais c'est fou, tout va bien pour moi, c'est fou, ce pont dont on a vu des gamins plonger tout l'été, ce coin plutôt lumineux, d'un joli quotidien, cet endroit de promenades et de glaces en été, c'est fou, mon symbole de mi route, où la Seine est si belle dans les deux sens., là où je gueule de joyeux "bisous BIlook".

Ce morceau qui est pour moi un endroit de gaieté et de plaisir, c'était l'endroit qu'elle avait choisi parce que la vie lui devenait insupportable.

J'ai encore dans l'oreil la vibration de ses cris.

J'espère que les gens sortis de nulle part qui l'ont secourue ce soir arriveront à lui redonner de l'espoir. Ils ont en tout cas toute mon admiration et ma gratitude : c'est bon de savoir que des inconnus n'hésitent pas à arrêter leur vie pour essayer d'en sauver une autre.Que les pompiers lui auront porté tous les soins qu'ils peuvent. Que de son geste naîtront des solutions, des aides. N'importe quoi qui lui donnerait envie de vivre et d'être heureuse si c'est encore possible pour elle.

Ses cris, sous un pont, à la nuit tombée. Je vis une vie de privilégiée qui n'entend pas souvent ce genre de cris. On se sent tellement con, tellement impuissant face à une détresse si grande.

Ses cris.

Bonne chance, madame.