On m'a présentée hier à un japonais qui va me coller aux basques, de plus ou moins près, pour la fin de mes jours.

Il s'appelle Hashimoto et son truc, c'est de bombarder ma thyroïde avec mes propres anticorps jusqu'à destruction complète de cette dernière, si j'ai bien suivi.

Je ne sais pas trop quoi en penser. Entre le discours de celle qui me l'a présenté qui a plutôt dit que c'était bénin, et les quelques lectures faites depuis qui trouvent ça quand même un peu chiant et beaucoup moins épisodique qu'annoncé. On verra quand je la reverrai, je suppose.

Et puis je me dis aussi qu'il vaut mieux se trouver chanceuse d'avoir été diagnostiquée avant d'avoir le moindre symptôme, que quitte à avoir une maladie à vie, c'est mieux d'en avoir une qui ne vous tue pas, ou pas tout de suite, pas directement.

Mais ça fait drôle, quand même.

Enfoiré d'Hashimoto.