Mon cher François,

Tu ne liras pas cette lettre.

Et comme nous nous le sommes répété, entre gens qui t'aimaient, hier soir en partageant la triste nouvelle, si malheureusement il fallait compter avec cette issue-là, ça n'en reste pas moins une très sale nouvelle.

Alors nous on reste, on dit des mots creux et on ronge nos os, comme dirait Samantdi, pour donner du sens à ce qui en a si peu. Pour habiller notre tristesse. Pour essayer d'être un peu utiles, un peu d'une infime aide, à ceux qui restent et qui t'aiment tant, ceux que tu aimais tant toi aussi.

Notre histoire à nous deux, elle est curieuse. On se connaissait surtout avec la bienveillance qu'il y avait sur qui donne du bonheur ou de l'affection à quelqu'un qui nous est cher.

Mais quand même.

Je me souviens de ton regard malicieux, qui pouvait aussi briller de conviction, quand il s'agissait de déplacer une virgule d'un texte que tu aimais.

Je me souviens de ta gentillesse qui perçait dès qu'on te rencontrait.

Je me souviens de tes commentaires sur le blog de ton Elle, quand elle est devenue ton aile. Je me souviens de tout ce bonheur quand la Merveille a été annoncée, puis qu'elle est née.

Je me souviens de rires.

Je me souviens de ton œil bienveillant sur ce qui se tramait avec mon Enchanteur, un soir de juillet dernier.

Je me souviens de ma dernière clope en date, que j'ai fumée en me disant que l'absence de tabac qui suivrait, ça serait, aussi, de la solidarité avec toi et pas qu'un truc que je faisais pour moi.

Je me souviens de tes faux airs affligés devant nos pitreries, ta femme et moi. Ta tête devant mes ailes roses à votre mariage.

Je me souviens de ce nez rouge. Je me souviens de cet avatar dont j'avais dit que je le changerai quand il n'y en aurait plus besoin. Tu sais quoi, François ? Je crois que je ne vais pas le changer tout de suite. J'ai envie de le garder encore un peu, pour te dire au revoir. Sauf si ta Luce me dit que ça lui fait mal.

Je me souviens de tout cet amour qu'il y avait, quand vous vous êtes dit oui. Il y avait ta maladie comme invitée, au mariage, il y avait l'échéance qu'on ne connaissait pas et qu'on espérait reculer de toutes nos dérisoires forces, mais il y avait de l'amour comme rarement on en voit.

Je me souviens de tes lèvres qui récitaient Cyrano en même temps que mon Enchanteur le jouait. C'était un joli moment, je suis contente qu'on l'ait vécu tous les trois.

Et maintenant je vois tous ces gens à qui déjà tu manques. Si la vie était juste, ça fait longtemps qu'on serait au courant, hein ?

L'empreinte que tu laisses dans la vie de ta femme, de ta fille, de tes enfants, est magnifique.

Et tu sais, François ? Tous les gens qui ne savent rien et qui parlent de nos "virtuels". L'empreinte que tu nous laisses à nous fait que nos larmes, notre peine, sont bien réelles. Comme nos souvenirs avec toi. Alors promis, en hommage à ça, à cette belle humanité, on va faire ce qu'on peut pour que ça soit le moins pire possible pour ceux qui restent. Mais tu ne nous as pas laissé une mission facile, tu sais ?

Salut François. Merci pour tout ce que tu as donné de beau.

Commentaires

1. Le mercredi 6 juin 2012, 08:48 par samantdi

Larmes... Tu as tout si bien dit, ma petite Bibounette.

2. Le mercredi 6 juin 2012, 08:56 par Mel'O'Dye

:-( pas de mots ... les tiens sont si justes ...

3. Le mercredi 6 juin 2012, 09:34 par Sacrip'Anne

Soupir. Ca serait tellement mieux si on avait pas à les écrire, nos mots...

4. Le mercredi 6 juin 2012, 09:46 par Madleine

Merci pour cette belle lettre qui remue ... Tu décris si bien l'amitié Anne.

5. Le mercredi 6 juin 2012, 10:05 par Eric

Dans mes bras.

6. Le mercredi 6 juin 2012, 10:08 par Sacrip'Anne

Merci pour vos mots, et merci pour Luce, surtout, et la Merveille, et les enfants, de l'amitié très présente partout ces heures-ci.

Eric, oh oui, merci, y a que le chaud de l'humain qui apaise un peu, je trouve.

7. Le mercredi 6 juin 2012, 10:17 par Gilsoub

No comment, juste quelques larmes...

8. Le mercredi 6 juin 2012, 10:31 par Raphaelle

:-(

J'ai tout compris en lisant le titre et ouille, j'ai du mal à retenir mes larmes, cachée derrière mon écran. Je t'embrasse et Luce aussi

9. Le mercredi 6 juin 2012, 11:38 par Arkadia

Très jolis mots, évidemment de tout coeur avec vous.

10. Le mercredi 6 juin 2012, 12:42 par swahili

Toutes mes pensées vers Luce et sa Merveille. Je sais qu'elles pourront compter sur ta présence bienveillante...

11. Le mercredi 6 juin 2012, 13:43 par K

Yeux qui piquent. Bien écrit, bien dit. De l'humain.
Tout est juste.
...
Non pas tout. :sick:

12. Le mercredi 6 juin 2012, 14:08 par charlottine

Larmes aux yeux et chair de poule : beaucoup d'émotion en lisant ce beau témoignage d'amitié. Je t'embrasse.

13. Le mercredi 6 juin 2012, 14:34 par Franck

Merde alors, hein ?

14. Le mercredi 6 juin 2012, 14:46 par Sacrip'Anne

Merci à tous de joindre vos émotions aux miennes à destination de la famille de François en ces si tristes heures.

Comme dit Franck, merde alors...

15. Le mercredi 6 juin 2012, 18:22 par isadora

je les ai suivi de loin, ces deux-là, en la trouvant si jolie leur histoire.
et je suis émue depuis hier soir.
transmets des pensées douces à Luce et à leur famille, s'il te plait.

16. Le mercredi 6 juin 2012, 18:48 par julio

Transmet mon amitié à la famille de François ! Je lisais souvent sont blog, mais n’osais pas posée de commentaire, je le trouvais si sérieux comment dire il n’impressionner un peut quoi ! Puis moi c’est moi je gaffe si souvent !

17. Le mercredi 6 juin 2012, 22:41 par lilou la teigne

très belle lettre, qui sait si il ne la lira pas???

J'ai envie d'y croire, pourquoi pas?

18. Le mercredi 6 juin 2012, 23:59 par Obni

Très ému de lire ces mots. Très ému et triste.

Pour avoir vécu des moments extrêmement douloureux il y a pas si longtemps que ça, je sais que l'être aimé ne nous quitte pas vraiment. Il reste en nous comme un ensemble de touches sur un clavier, prêtes à murmurer un air de musique, à mettre de l'harmonie dans la vie d'un enfant, à colorer la vie.

19. Le jeudi 7 juin 2012, 05:36 par mirovinben

Formidable billet. Qui montre que, malgré son départ, Paco est encore bien présent, inspirant de si belles pensées, de si beaux propos...

20. Le jeudi 7 juin 2012, 12:46 par Smily

...
Du sourire... aux larmes.
Grosses grosses pensées vers Luce, vers toi et vers tous ceux qui l'aimaient et l'entouraient.
Puissiez-vous perpétuer longtemps la magie qu'il semblait glisser malicieusement dans vos vies...
Je vous embrasse très fort.

21. Le jeudi 7 juin 2012, 16:07 par Brige

Une grosse pensée pour Luce et leur Merveille. J'espérais que...et merde, tiens...

22. Le vendredi 8 juin 2012, 07:19 par Valérie de haute Savoie

Oui ce couple transmettait un amour hors du commun. Luce saura transcender celui ci au delà de la mort. Je pense à elle, à vous qui le connaissiez et l'aimiez. Je suis réellement triste et demain serai auprès de vous dans la peine.

23. Le vendredi 8 juin 2012, 08:38 par Sacrip'Anne

Merci, tous.

24. Le vendredi 8 juin 2012, 20:01 par Oxygène

Emotion, grande émotion à la lecture de cette lettre qui dit si bien ce que nous ressentons tous. Demain j'aurai moi aussi une pensée pour Luce et la Merveille ainsi que pour vous qui l'entourez.

25. Le lundi 11 juin 2012, 10:11 par Sacrip'Anne

Oxygène, je lis ton mot un peu tard mais merci.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:) :devil: ;) 8-) :p :-D :sick: 0:-) :blush: @-I :-( :heart: :-* :gasp: p-) :mute: >< :sarc: :badass: :yum: :?:

La discussion continue ailleurs

1. Le mercredi 6 juin 2012, 19:43 par Un jour à la fois

Deuil Sans Filtre

Ma blogosphère Dotclear est en deuil Il; Il est parti, profitant du passage de Vénus pour quitter son Elle. Il, c'était François Granger, que je connaissais depuis que j'avais commencé à fréquenter Internet assidûment, nous nous croisions à tant de...

URL de rétrolien : https://sacripanne.net/trackback/77