Alors pour les fans (!!!) de mon coloc japonais, quelques nouvelles !

Les analyses de mi avril l'ont montré déjà affaibli : juste un peu au-dessus du plafond, avec des anti corps revenus dans les clous.

Du coup on grimpe d'un cran pour le dosage, et on en a profité pour changer de matelas (j'ai profité de mes insomnies matinales pour réaliser que le précédent me faisait mal, dites donc).

Et ben là, figurez-vous qu'il m'arrive de me réveiller tard, vers 6 heures du mat ! Et parfois plus ! Et même me rendormir, luxe incroyable.

Du coup je suis écrasée non plus par la fatigue pesante de l'hypothyroïdie mais par la dette de sommeil à rattraper. C'est dans ces cas-là qu'on ressent nettement la différence entre fatigue et sommeil, en fait.

Bon. Et je suis un peu à la ramasse, aussi. Du genre à oublier ma tête à la maison avant de partir. Le contrecoup, le prix à payer pour ces derniers mois où j'ai arraché un peu de leurs derniers retranchements de quoi fonctionner.

Mais avec bonne humeur et joie de vivre retrouvés.

Et ça c'est chouette.

Pour célébrer ça, je vous invite à aller regarder les japonais dormir :)