Souvent, nous autres les cyclistes urbains, on s'arrête. Pour gueuler après un coup de stress, lié à un engin à moteur, ou aux feux (si, si). Pour réparer une roue crevée, un garde-boue branlant.

Parfois on s'arrête pour prêter assistance. C'est ce que j'ai fait ce soir auprès d'une dame avec un tout petit pliant rigolo à roues minuscules, les 16 pouces de mon Brompton font géantes à côté.

Elle tentait un regonflage "pour tenir jusqu'à la maison", elle a refusé mes rustines car elle avait une bombe anti-crevaison. Merci, bonsoir, bon retour.

Quelques centaines de mètres plus loin je me suis arrêtée pour saluer Monsieur Sport qui profitait du bout de sol refait de neuf et me montrait comment on lui avait aménagé sa salle de sport en plein air, quasi, avec du mobilier urbain parfait pour les tractions, les abdos, le ceci, le cela.

Et quand je repartais il me dit : "il y a une dame qui crie, là-bas, j'irais bien mais j'ai mes affaires ici".

Alors j'ai dit que j'allais voir.

En fait d'une dame une demi douzaine de personnes, peut-être, un vélo par terre, une personne au sol qui tient une dame au sol. J'ai pensé à la chute, à une mauvaise chute et à quelqu'un qui l'empêcherait de bouger. en cas de blessure sérieuse.

"Tout va bien ?"

"C'est la dame, là", me répond un autre dame. Elle veut se jeter, le monsieur la retient.

Alors j'ai demandé si je pouvais faire quelque chose, on m'a dit que non, que les pompiers étaient prévenus.

Je leur ai signalé que Monsieur Sport était une ressource potentielle en cas de besoin de bras en plus, et puis la détresse de la dame n'est pas un spectacle, je me suis éloignée. J'ai rappelé les pompiers pour être sûre. Peut-être que ça encombre les lignes pour rien, peut-être que c'est juste l'égo qui veut se rendre utile, faire partie de la solidarité.

Mais ces silhouettes, dans le noir, sous le pont, elles faisaient le job et de façon si formidable, à tenir fermement mais en douceur cette dame, les cris de cette dame, son désespoir.

Les pompiers étaient bien en route. J'ai guetté de l'oreille les sirènes, en roulant. C'est fou ce qu'il y a comme sirènes de pompiers, le soir, pas loin du pont...

Pendant que des larmes d'impuissance, du monde qui est trop moche coulaient, je me disais c'est fou, tout va bien pour moi, c'est fou, ce pont dont on a vu des gamins plonger tout l'été, ce coin plutôt lumineux, d'un joli quotidien, cet endroit de promenades et de glaces en été, c'est fou, mon symbole de mi route, où la Seine est si belle dans les deux sens., là où je gueule de joyeux "bisous BIlook".

Ce morceau qui est pour moi un endroit de gaieté et de plaisir, c'était l'endroit qu'elle avait choisi parce que la vie lui devenait insupportable.

J'ai encore dans l'oreil la vibration de ses cris.

J'espère que les gens sortis de nulle part qui l'ont secourue ce soir arriveront à lui redonner de l'espoir. Ils ont en tout cas toute mon admiration et ma gratitude : c'est bon de savoir que des inconnus n'hésitent pas à arrêter leur vie pour essayer d'en sauver une autre.Que les pompiers lui auront porté tous les soins qu'ils peuvent. Que de son geste naîtront des solutions, des aides. N'importe quoi qui lui donnerait envie de vivre et d'être heureuse si c'est encore possible pour elle.

Ses cris, sous un pont, à la nuit tombée. Je vis une vie de privilégiée qui n'entend pas souvent ce genre de cris. On se sent tellement con, tellement impuissant face à une détresse si grande.

Ses cris.

Bonne chance, madame.