J'aimais le temps où je trouvais quasiment tous les jours le chemin de l'écriture pour le plaisir, le chemin de ce blog.

Malheureusement, je me suis pris de plein fouet la malveillance d'une "surveillance ciblée". Avec le corollaire de l'élimination de tous les sujets sur lequels je ne voulais (veux) pas que la surveillance fasse ses petites fiches. Y compris sur le blog privé, qui a été rapidement infiltré.

Si on enlève aussi tout ce qui pourrait avoir trait à la vie pro car sait-on-jamais, il nous reste les chats, les vélos, quelques livres et l'herbe qui pousse, mais de moins en moins bien.

Pourtant cet exercice me manque, même si je n'arrive plus vraiment à me rappeler comment je trouvais le temps. La mutation des modes de commentaires (déportés sur les réseaux sociaux, remplacés par un like, un cœur) aussi, font que les blogs ne sont plus les joyeux lieux de conversation que nous avions.

Même si la nostalgie existe, la vie est la vie et il faut bien faire avec.

Mais quand même. Prenons quelques minutes pour laisser les mots suivre leur cours, comme mes pensées pédalantes du matin.

Ce matin je roulais assez tranquillement (la différence de temps de pédalage entre tranquillement et toniquement est d'ailleurs suffisamment minime pour que... bref, on s'en fout).

Je pense que j'avais besoin de ce temps où le cerveau déroule, j'écoutais le podcast de Popopop avec Aurélien Barrau - qui m'a fait penser à un autre cerveau musclé et gentil de ma connaissance.

Ca fonctionnait bien ensemble, l'idée de décroissance, de changement social pour changer l'environnement et la communion avec la nature, le rythme régulier des pédales.

Je vais, je pense, me procurer son livre pour creuser un peu [1]. Ca m'a touché de simplicité et d'humanité, ce qu'il disait avec conviction et gentillesse, mais en même temps un monde où on prendrait aux riches pour empêcher les enfants de mourir, wouah. Ils ne vont pas se laisser faire.

Et puis tout d'un coup la sortie de la zone tranquille, le retour à la "civilisation" (c'est-à-dire le port industriel de Nanterre, autant vous dire que les guillemets à civilisation sont pensés).

Déjà ? Petit choc émotionnel aussi. J'étais bien, seule avec mes pensées et les siennes.

Je me demande vaguement ce que sera la tonalité du trajet de ce soir. Chantant (faux et à tue-tête) pour libérer les énergies contenus ? Méditatif (pédaler est une forme de pleine conscience assez puissante, pour peu que le revêtement soit inégal) ? Prospectif ? Ou juste défoulatoire ?

Il sera chaud, en tout cas, me dit météo france. Et, en soi, c'est une bonne nouvelle. C'est de nouveau la saison pour rouler robe au vent, le vent (réel ou relatif) en rafraîchisseur, le temps des marques de mitaines sur les mains et de traces des lanières de sandales sur les pieds.

Il faut savoir savourer les petits bonheurs où ils sont.

Note

[1] Je vous tiens au courant quand je l'aurai lu !!