Il y a des rencontres plus atypiques que d'autres.

La mienne avec Erick était totalement de notre époque (pas de celle de nos naissances).

Il gérait le compte d'Une faute par jour sur Twitter, je gagnais parfois un zéro faute toute la semaine à la dictée du matin. Je trouvais qu'il faisait bien son job, avec une bonne distance entre convivialité et respect.

Quand on a commencé à parler de faire des blogs au bureau, je lui ai proposé de se rencontrer pour qu'on en parle. C'est marrant comme on a beau "travailler dans les internets", de façon plus ou moins technique, ça reste incongru de se faire faire une proposition de business en message privé.

On s'est rencontrés et on a commencé à travailler ensemble. Un blog, puis deux. Des livres blancs, des interviews.

Ce qui n'était pas dans le cahier des charges initial c'est qu'on allait si bien fonctionner ensemble. On avait plusieurs conversations par jour sur plusieurs fils de mails, parfois avec des ajouts par SMS ou par téléphone. Et on s'y retrouvait.

On avait la même façon de réfléchir, d'avoir le cerveau qui travaille en arrière-plan et tout soudain, pouf, le truc clair qui surgit comme une évidence.

On a beaucoup beaucoup beaucoup ri. Beaucoup refait le monde. Beaucoup fait de projets.

Beaucoup mangé de viande avec des frites lors de nos déjeuners, presque tous les mois, sans qu'on en ait fait une obligation, juste que souvent on avait envie de manger ensemble, quelques minutes de point boulot et puis du bon temps ensuite. Je me suis parfois incrustée dans des interviews pour mes blogs, celle de Tristan, notamment. Un chouette moment, doublé du bonheur d'avoir été l'un des instruments de leurs retrouvailles.

Bref on est devenus amis. On se parlait de nos enfants, nos fiertés, nos pans difficiles, on rigolait. On se disait que c'était vraiment chouette de travailler ensemble. Il était très fort pour dire ce qu'il voyait de bien dans les gens. J'ai sa voix dans l'oreille, le son de son rire. Encore.

Ça fait moins de cinq ans qu'Erick était entré dans ma vie mais c'est devenu quelqu'un d'important.

L'an dernier il est tombé brutalement malade, ou plutôt, la réalité de sa maladie s'est brutalement fait connaître à lui. Il s'en est sorti une première fois, avec quelques mois bonus pour profiter de la vie, de sa femme qu'il admirait tellement, de son fils, des amis.

Il détestait être malade, être diminué. Et puis il y a deux mois il m'a envoyé un mail pour me dire qu'il n'arrivait plus à bosser et qu'il était temps pour lui de prendre du temps pour affronter ça. Je me souviens, il m'a écrit "ça n'est pas la fin".

Son dernier SMS répondait au mien, "des bisous", mais avec une sorte de bafouillage dedans. J'ai su après qu'il était déjà hospitalisé. J'ai compris après combien ce SMS avait dû lui coûter pour juste arriver à se concentrer, l'envoyer. Je crois que c'est l'un des plus beaux cadeaux d'amitié qu'il m'ait fait, cet effort pour envoyer deux mots.

Et puis il est mort, il y a quelques heures. C'est un grand vide. Je pense constamment à sa femme et à son fils pour qui cette dernière année presque et demi a dû être un cauchemar, une épée de Damoclès et pour qui le futur doit être bien sombre aujourd'hui.

Je pense à Erick et je me dis qu'il va beaucoup manquer au monde.

A moi, en tout cas, il va manquer énormément. Il manque déjà énormément.

Merci pour tout, Erick. C'était chouette de te connaître.