Je m'étais dit que je ferais un billet léger pour terminer cette semaine. Que ça apaiserait. Le fait est : je ne peux pas.

Je suis atterrée, affligée, consternée, effrayée par tout ce que j'ai entendu ces derniers jours. Pas par les extrémistes, notez. Ceux-là, on sait à quoi s'attendre de leur part. Ca met en colère, ça donne envie de hurler, mais on sait à quoi s'attendre de leur part.

Non. De la part des soi-disant modérés.

Ca ma rappelé, il y a une douzaine d'années de ça, quand le père de ma fille, asiatique d'apparence autant que d'origine, m'a emmenée pour la première fois dans le quartier chinois. Soudain, une rue franchie, j'étais la seule blonde, submergée par des langues auxquelles je ne comprenais pas un mot, pas un son, environnée d'odeurs inconnues (dont le durian). Exotique. Ce qui l'était encore plus pour moi, francaoui blonde au teint pâle, c'est le regard des gens sur notre couple mixte. Des réflexions. Et des regards. Du racisme vis-à-vis de moi, PARCE QUE j'étais avec un asiatique qui se dévoyait en tombant amoureux chez les blondes.

On peut être par principe contre le racisme, je vous assure qu'on se radicalise nettement quand on en a fait l'expérience. [1]

Donc, pour revenir à cette semaine, le discours de soi-disant modérés. Je suis pas homophobe mais. Je suis pour l'égalité mais.

Ca ne marche pas comme ça.

Si on pense que les mesurettes, c'est toujours un peu mieux que rien, c'est que malgré tout, on trouve que tel que c'est, ce n'est pas SI mal. On est donc conservateur. Et on est pas de gauche. Pas au sens : gens qui se battent pour des idéaux égalitaires.

Si on pense qu'on est tous égaux mais que quand même, les pédés sont potentiellement dangereux pour l'éducation des enfants, que les femmes ont la douceur pour elle mais pas les couilles pour un poste à responsabilité et les étrangers qui vivent en France, ils n'ont qu'à devenir français pour le droit de vote, on est pas pour l'égalité des citoyens. Même si c'est sur un seul de ces sujets qu'on pense un peu comme ça.

Pire que ça. Quand on tient ce genre de discours, on est non seulement CONTRE la stricte égalité des individus mais on signifie qu'on trouve qu'il y a des citoyens, des humains, plus égaux que l'autre.

Ca veut dire qu'on partage un morceau de raisonnement avec des gens qui ont tranquillement foutu en l'air des juifs, des tsiganes, des pédés, des résistants, des ethnies entières, qui oppriment des humains en raison de leur appartenance à un sexe ou à leur foi en une religion.

Je sais pas vous, moi ça me ferait flipper de ne partager ne serait-ce qu'un infime morceau de raisonnement avec ces gens-là.

Ca me questionnerait.

Je fais chier le monde, moi, parce que je m'interroge vraiment sur le danger psychanalytique de l'allaitement d'un enfant de trois ans, ou sur l'adaptation au monde ambiant pour un enfant victime du maternage hyper proximal ? Non. J'ai l'intime conviction que ce n'est pas toujours à l'enfant qu'on fait du bien, qu'on ne le prépare pas si bien que ça au monde qui nous entoure, mais je ne prétends pas empêcher les femmes / couples qui le pratiquent d'élever des mômes, je compte juste sur eux pour assumer leurs devoirs de parents.

Et je me battrai pour leur droit à élever leur enfant comme ils le pensent juste, dans le respect de l'intérêt supérieur de leur enfant. Même si je partage peu de leurs convictions. Ils sont mes égaux, ils ont autant de droits que moi. Exactement les mêmes. Les mêmes devoirs aussi.

Ca marche pareil avec les pédés, les noirs, les gouines, les arabes musulmans ou non musulmans, les femmes, les handicapés, les juifs, les noichs et j'en passe.

Avec tous les humains.

On décide qu'on est, dans notre société, complètement égaux. Ou alors on est contre l'égalité. On fait partie des conservateurs.

Et ceux qui sont contre nous (oui, aujourd'hui, en plus de femme hétéro de gauche, je suis pédé, noire, gouine, arabe musulmane ET non musulman, handicapée, juive, les noiche, laïque, républicaine, catho non fondamentaliste et MEME blonde) doivent arrêter de se voiler la face avec leurs soi-disant modérations.

Ils sont tout simplement contre l'égalité des droits et de devoirs. L'égalité conditionnelle n'est pas l'égalité. Point à la ligne.

Parce qu'on est dans une société au bord de l'implosion, parce que c'est maintenant qu'on dit si on continue à subir ou bien si on veut un autre projet, de préférence meilleure, sur tous ces sujets, il est l'heure de choisir son camp, camarade.

J'ai choisi le mien [2]

Notes

[1] Ca c'est nettement arrangé par la suite, encore que j'y aille régulièrement et je ne vois toujours pas tant que ça de couples mixtes. Et maintenant, on y va en tandem de blonds alors c'est différent à plein de points de vues :p

[2] On me dit que je me radicalise avec l'âge. C'est vrai. Et je ne m'en porte pas plus mal, merci de demander.

Commentaires

1. Le vendredi 9 novembre 2012, 09:35 par Eli

Les blondes, je vois, (même si les vannes à leur sujet m'exaspèrent) mais qui sont les noichs ou les noiche?
Tu me fais plaisir. Il y a des terrains où on ne peut être que radicale.
Je t'embrasse.

2. Le vendredi 9 novembre 2012, 09:37 par Sacrip'Anne

Eli, c'est un terme de verlan (d'où l'orthographe douteuse et variable) pour dire "Les chinois" et par extension, les asiatiques :-D

Alors tant mieux si ça te fait plaisir, en plus. :) Je t'embrasse aussi.

3. Le vendredi 9 novembre 2012, 09:48 par Eli

Bon sang mais c'est bien sûr...

4. Le vendredi 9 novembre 2012, 09:59 par Lizly

Comment ça ? Mais... mais... mais... Tu es BLONDE ?! :gasp:
Pardon, je sors.

5. Le vendredi 9 novembre 2012, 10:08 par Sacrip'Anne

Eli, huhuhu !

Lizly, d'autant que j'ai refait mon balayage. Sisisi j'te jure ! :p

6. Le vendredi 9 novembre 2012, 10:11 par mume

Blonde artificielle je suis.
Femme. :p
Hétéro. :heart:
Mère de pédé. :gasp:
Très vieillissante.
Merde alors je cumule !!! p-)
Je suis surtout pour l'égalité de tous, pour tout.
Mariage, adoption, procréation.
Et des salaires, des soins... 0:-)
Combats permanents donc. @-I

7. Le vendredi 9 novembre 2012, 10:26 par Namfarang

Oh j'aurais donc appris qu'un niak est un noich ;-) cool un nouveau vocabulaire à utiliser avec mon demi jaune

8. Le vendredi 9 novembre 2012, 10:38 par Sacrip'Anne

mume, j'aime qu'on soit dans les mêmes combats :)

Nam, huhu !

9. Le vendredi 9 novembre 2012, 12:12 par Madleine

Pour copier mume ;)
Blonde (vraie blonde :)), femme hétéro, divorcée-remariée, extrême-gauchiste, mère ouverte sur le monde, je descendrai dans la rue à chaque fois qu'il le faudra pour défendre la liberté, l'égalité et la fraternité !

10. Le vendredi 9 novembre 2012, 14:26 par Sacrip'Anne

Madleine, c'est bon de se compter :)

11. Le vendredi 9 novembre 2012, 16:54 par K

+1, mais depuis quelque temps, de brun je suis passé à gris !!!
Et c'est très bien de se radicaliser avec l'âge, non :-D :-D

12. Le vendredi 9 novembre 2012, 18:49 par julio

Je suis a 100% avec toi il y en a ralbole de cette apartheid qui ne veux pas dire sont nom (racisme et intolérance) ! Si la loi ne dit pas le droit il faut la changer, si la loi accable un être la loi est mauvaise il faut la changer ! Je te trouve très combatif ses temps ci, et tu a bien raison ! Moi je choisi ton camps et le camp de ceux qui veule la justice avec les mêmes droits pour tous !

13. Le vendredi 9 novembre 2012, 20:25 par jathenais

En rentrant de ma pause tout à l'heure j'entends "et pourquoi pas marier des animaux tant qu'on y est" et une autre de renchérir "oh on y arrivera"
...
Dois je te décrire le sentiment de solitude qui m'a envahi ?
...
Et là, j'apprends à fermer ma gueule, parce que ça ne sert à rien de tenter d'expliquer, ou même juste de comprendre comment elles arrivent à penser comme ça. Sur ce sujet là comme sur beaucoup d'autres, elles n'ont pas la capacité intellectuelle de mener un raisonnement. En cas de désaccord, on en vient directement aux insultes, je sais j'y ai eu droit.
Alors comme leur plaire ou pas m'est totalement indifférent, mais que je tiens à faire mon boulot tranquillement, je ne me joins pas à la discussion, je reprends mon poste, je fais mon job, et je les ignore. Autant que l'open space au milieu duquel elles mangent me le permet. Je prends sur moi quoi.
A la prochaine qui s'étonnera de mes départs systématiques aux heures de repas, oserais-je répondre que je ne pars pas, je les fuis ?

14. Le samedi 10 novembre 2012, 09:03 par Loulou

C'est une belle colère que la tienne aujourd'hui (enfin hier, j'ai du retard...). Belle et nécessaire. Je la partage totalement et souvent je suis atterrée par ce que j'entends autour de moi.
Et quand je m'insurge, on me regarde de travers.
Ou on se demande en quoi je suis aussi concernée.
J'en ai entendu me demander si cela me touchait par rapport à mes enfants pour que je sois si farouchement impliquée.
Mais merde, non, ça me concerne en tant qu'être humain, c'est plus que suffisant comme raison, non ?

15. Le samedi 10 novembre 2012, 09:10 par Loulou

Et j'ai le sang qui se glace en lisant ce que jathenais a entendu de la part de ces collègues :-(

16. Le samedi 10 novembre 2012, 09:45 par Eli

Il me semble que les collègues de Jathenais doivent se sentir autorisées à dire ce genre d'âneries, dès lors que les évêques (on pourrait croire que ce sont des gens un peu éduqués) ne se gênent pas trop pour dire n'importe quoi...

17. Le samedi 10 novembre 2012, 15:25 par andrem

Dur métier que de se taire dans un environnement hostile. Comme un commentaire plus haut le dit, on sait parfois que certains discours sont voués à l'échec, tant les préjugés, l'autosatisfaction et l'imprégnation idéologique est forte.
On sait qu'on va se ramasser une bonne vanne qui va nous clouer le bec et aggraver notre cas, genre mariage des animaux, je l'ai entendu aussi, celle-là. Comment résister?
Sauf à disposer d'un cerveau très entraîné, très musclé, et capable de rendre coup pour coup et vanne pour vanne, sans baisser la garde, face à plus nombreux, il en est toujours ainsi dans les bureaux. Pourquoi faut-il qu'on travaille toujours avec des con servateurs.
Pardon, une espace s'est faufilée.
Enfin, presque toujours, j'ai eu des périodes de repos. Mais je ne suis pas un athlète de la polémique verbale de cantine. Alors je me casse, ou je me tais. Et je suis très méritant.
Sinon, j'ai développé mon point de vue partiellement sur le billet précédent de la sacripanne qui va me trouver bientôt un peu squatteur.

18. Le samedi 10 novembre 2012, 16:04 par Sacrip'Anne

K, on s'en fout de la couleur, va !

julio, ce qui m'enrage particulièrement, c'est que tous ces bien-pensants qui se prétendent avant tout pour la protection des enfants, pas homophobes mais pas pour l'adoption nient tout simplement le fait qu'en cas de décès du parent légal, l'enfant risque d'être complètement coupé de son parent non légal, même si ce dernier est la personne qui a vécu tous les jours à ses côtés... Bien sûr que cette proposition est faite pour protéger les enfants et pas les briser.

L'hypocrisie et le déni, ça me fout en rogne, voilà. Et tant mieux si mes côtés militants te réjouissent :)

jath, tu as toute ma compassion, vraiment... courage, va. Courage pour les supporter, ne pas tenter de leur casser la gueule de rage, tout ça.

Loulou, oui, c'est ça, c'est une colère d'humain et de gens attachés au bien être des enfants, contrairement à ce qu'on essaie de nous faire croire.

Eli, oui, je dois dire que les messages de haine, d'intolérance, relayés par des gens d'autorité, ça n'aide pas...

Andrem, je pense que c'est pour ça que dans les bureaux, on est pas supposés exposer son opinion, ça virerait pugilat vite fait :-D (Et j'aime quand tu squattes !)

19. Le samedi 10 novembre 2012, 16:07 par jathenais

Andrem > disons que le jour où je ne parviendrais plus à me taire, non seulement je rendrais assez facilement coup pour coup, mais j'en donnerais sans doute quelques uns. C'est un exercice auquel je suis rompue depuis de loooongues années. Mais l'âge et la sagesse venant, je n'ai plus envie de me battre quand il n'y a rien à gagner. Je n'ai aucun affect avec mes compagnes de bureau. Je suis là dedans pour produire un travail, et si possible de le faire bien. Donc je ne vais pas lancer une guerre qui me coûterait un ulcère avant d'éveiller la moindre activité cérébrale chez mes ami(b)es de travail, et dont l'unique résultat serait une belle ambiance de merde pendant de longs mois. A ça, on me trouve pas très drôle des fois, pis je reste jamais manger avec elles le midi (sans blagues !), pis j'ai pas le même âge non plus, je suis un genre de truc à part, pas complètement intégrée au bout d'un peu plus d'un an et qui ne le sera sans doute jamais.

20. Le samedi 10 novembre 2012, 17:15 par andrem

En effet. Des pugilats qui pourrissent la vie sans faire avancer aucun schmilblick, arrive un moment où l'on n'en veut plus. Ce n'est pas baisser les bras pour les causes qui nous agitent, mais juste garder l'énergie qui reste pour l'utiliser mieux. Même si parfois il faut bouillir tout à l'intérieur, ou pire, se prendre soi-même pour lâche.
Et, comme tout lâche qui se respecte, moi-même ici présent, ne pas rater l'occase de balancer un bon pavé juste quand on est sûr de son coup. Nonmého.

21. Le samedi 10 novembre 2012, 17:29 par andrem

Arrgh. Mon très long commentaire de squatteur sur comment on fait des bébés a disparu, ou plutôt n'est jamais apparu. J'ai dû oublier l'envoi après le prévisual. Au moins 25 minutes de pétage de cerveau structuré et tout ça parti en fumée dans les fils de mon ADSL.
Résumé: je suis hostile à la GPA, à cause de la dérive financière qu'aucune règle nationale ne pourrait maîtriser, et elles sont déjà toutes sur la ligne de départ, les start-up sur le sujet.

Les traumatismes d'enfance, tout le monde en a, et tout le monde vit avec. Ils sont graves ou bénins, mais ils sont, c'est même avec eux que nous nous sommes tous construits. On appelle cela la résilience. Quant à dire quel est le pire, 20 ans de maltraitance chez des hétéros ou un abandon sous X pour des adoptants homos dévoués et aimants, s'il faut jouer à ce petit jeu on va dire un milliard de conn bêtises. Autant se taire et réfléchir à la résilience, justement.

Dernier point de mon extrémisme invertébré: je récuse totalement la notion de droit à l'enfant, accent grave s'il vous plaît. Il y a le droit DE l'enfant, dès lors qu'il est né, et il y a le droit de la femme qui le porte, qui est le SEUL droit recevable tant qu'elle le porte, y compris, et c'est là que je me sens extrémiste, le droit de vie (à venir) ou de mort sans que personne n'y trouve à redire, ni le géniteur ni le reste de la cité.

Je sens que je vais me ramasser quelques baffes. Salut, on m'attend. Je ne me relis pas.

22. Le samedi 10 novembre 2012, 18:31 par Sacrip'Anne

jath, re compassion

Et andrem, pour le coup, je suis plutôt en phase avec toi. J'ai "poussé l'argument" sur la GPA parce que ça existe et ça existe avec des raisons et des contextes différents, mais ça n'est pas quelque chose que je trouve gérable.

Sur ce, je me mets en week-end du net :)

23. Le dimanche 11 novembre 2012, 22:36 par lilou la teigne

moi ce week end j'étais entre:
un couple ; homo..oui..oui
Un couple : french/asiate..oui..oui
un juif /arabe..oui..oui
une divorcée et pi un célibataire contre son grès
nous et puis les autres..oui..oui

Ben à nous tous on a ramassé 600kgs d'olives.

C'était trop bien et on recommence l'année prochaine...trop coool

24. Le lundi 12 novembre 2012, 08:26 par Sacrip'Anne

lilou, pour 600 kgs d'oilves, ça vaut grave la peine :D

25. Le lundi 12 novembre 2012, 13:05 par la bacchante

Merci sacrip'anne pour ce billet.

26. Le lundi 12 novembre 2012, 14:11 par Sacrip'Anne

Merci à toi, la bacchante :)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:) :devil: ;) 8-) :p :-D :sick: 0:-) :blush: @-I :-( :heart: :-* :gasp: p-) :mute: >< :sarc: :badass: :yum: :?:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://sacripanne.net/trackback/1887