Les horaires changent, maintenant je ne peux plus récupérer Cro-Mignonne comme bon me semble entre 16h30 et 18h30. Il y a l'étude ("gé-nial, l'étude", dit-elle, "moi qui avait peur d'avoir trop de devoirs à la maison le soir, j'ai du temps libre" (sic)), puis le centre de loisirs, mais avec activité programmée ininterrompable sous peine de... rien. On ne peut pas, c'est tout.

Or donc arrivée un peu avant l'heure dite et avec une micro liste de choses à acheter, je vais chez Michel-Edouard d'en bas de la maison pour m'occuper le temps de la retrouver (avec hâte, dites, c'est pas rien, une rentrée en CP !).

Peu de monde en caisse, j'attends derrière une dame et sa très jeune ado, modèle 6è, sans doute. Je rêvasse en attendant, largement le temps d'être à l'heure, tiens, ce caissier, il est nouveau.

Un nouveau du genre à travailler en septembre pour financer les vacances qu'il a déjà prises, étudiant sans doute, de bonne famille à entendre sa façon de parler, et à contempler son air... il a l'air de se faire chier. Pas juste comme une caissière qui trouve déjà que son job n'est pas facile, comme un qui est un peu outré de se trouver là. Déclassé, en dessous de sa condition.

Le pauvre, si ça se trouve ça n'était rien de tout ça, mais quand même, ce gamin, il avait la morgue au nez, si j'ose dire.

Et donc la dame devant avec sa pré ado, qui passe ses fournitures, les pas chères, les moins chères du magasin, et quand même il y en a pour trop cher pour ce qu'elle a sur elle. Et le caissier de s'agacer quand elle lui demande d'enlever des choses. Qu'elle ne se rend pas compte, qu'il faut qu'il appelle son responsable, et que ça ira plus vite d'annuler tout et de recommencer que d'annuler un par un des articles en trop.

Je ne sais pas ce qui m'a fait réagir, le plus. Les épaules effondrées de cette dame, embêtée de ne pas avoir assez de sous sur elle, embêtée de n'avoir pas vu le coup venir, embêtée de faire scandale et de faire attendre derrière elle. Le poids de sa fatigue de mère qui gère, la maison, la bouffe, les fournitures des enfants, les courses, les fringues du mari et celles de enfants, la marmaille à élever droit, les sous qui filent trop vite, le monde qui n'est pas facile. Avec rarement quelqu'un qui pense à ce qui lui ferait plaisir à elle, ce qui l'aiderait, la soulagerait, ou juste la ferait se sentir un peu remerciée. (Toutes les mères Bien des mères le savent, le prix démesuré qu'on accorde aux rares moments où quelqu'un se met dans nos baskets, fait preuve d'empathie et fait, juste pour nous faire plaisir, quelque chose pour que ça soit juste un peu moins épuisant, la vie tambour battant.)

Ou bien si c'est l'humiliation que lui faisait subir ce tout gamin de bonne famille, outré qu'on lui fasse refaire son travail déjà chiant, pas content d'éventuellement se faire remarquer par son chef, dérangé dans son plan quinquennal pour une réussite exemplaire. Et tellement peu conscient de la réalité de la dame en face de lui.

J'ai demandé au mecton d'attendre deux secondes, suis sortie de la file pour aller au distributeur en face, ai sorti les 20 euros qui manquaient (même pas) en disant à la dame que j'habitais dans le quartier, qu'on allait se recroiser et qu'elle me les rendrait à ce moment là, et qu'elle n'allait pas faire l'aller-retour pour chez elle.

Elle ne m'a pas lâchée tant que je ne lui ai pas écrit mon portable et mon adresse sur un papier, en m'expliquant bien que, juste, elle n'avait pas son sac, je lui ai répondu que moi aussi j'étais une maman débordée à qui il arrivait d'oublier des choses, et que ça m'embêtait pour elle qu'elle doive faire l'aller-retour en fin de journée alors qu'il y a tant à faire, et qu'elle m'appelle et on se débrouillerait pour qu'elle me rembourse, puisque, de toute façon, la gamine avait besoin de ses fournitures.

Ce petit con de caissier de me dire "merci pour elles". Pas la peine de me remercier "pour elles", lui ai-je dit, elles l'ont fait bien assez. Et c'est entre elles et moi contre vous, avais-je envie de rajouter. Il n'aurait sans doute pas compris, à ses yeux on fait sans doute partie du même monde, des blonds à teint pâles à peu près civilisés. Il a dû mettre ça dans sa case "bonnes œuvres" alors que non, c'était juste de la solidarité, parce que merde. Monde de chiens bien assez dur pour laisser une pauvre dame se faire humilier pour 16,96€.

Elle m'a appelée, ce soir. Ou plutôt sa fille a appelé en disant qu'elle était la dame que j'avais rencontrée chez Michel-Edouard. Me suis sentie triste de ce monde qui fait qu'on fait appeler sa fille parce qu'on est pas assez sûre de sa pratique de la langue pour bien se faire comprendre et bien comprendre à son tour. Je l'entendais derrière, et on s'est fixé, à toutes les trois, rendez-vous demain. J'espère n'avoir pas compliqué leur journée en cherchant à la simplifier, mais d'une certaine façon, je suis contente de les revoir, de souhaiter bonne rentrée à la gaminette.

Je crois très fort aux petits actes, comme ça. De ceux qui ne coûtent pas grand-chose, en l'occurrence rien. Mais qui rendent la vie un instant un peu plus facile à nos contemporains. Et sait-on jamais, peut-être que eux aussi, du coup, ils voudront rendre la vie un peu plus facile et que par tout petits instants moins difficiles, par micro gestes qui coûtent si peu, on arrivera à regagner un peu de terrain sur le monde de chiens et la vie qui est dure.

Si je vous ai raconté ça, ce soir, ce n'est pas pour entendre des "oh comme c'est bien", mais plutôt parce que j'ai l'espoir secret et immodeste que ça vous donnera, vous aussi, qui êtes des gens si chouettes, l'envie à chaque fois que vous le pourrez, de faire un de ces micro gestes gratuits qui rendent la vie de quelqu'un un instant plus facile. Comme ça, random, un quidam, une inconnue.

On ferait comme dans le film, dites ?

Commentaires

1. Le mardi 4 septembre 2012, 21:33 par Arkadia

Pas mieux, j'aurai fait pareil.

2. Le mardi 4 septembre 2012, 21:40 par Obni

ça rappelle l'histoire du colibri que j'ai raconté tantôt à propos de Pierre Rahbi. En toute chose, n'être qu'un colibri…

3. Le mardi 4 septembre 2012, 21:45 par swahili

et ces petits gestes, il font autant de bien à ceux qui les accomplissent qu'à ceux qui les reçoivent 0:-)

4. Le mardi 4 septembre 2012, 21:48 par Sacrip'Anne

Arkadia, non mais ! :)

Obni, oui, un colibri, comme dans ton billet, exactement. Ca me donne quelque illusion de légèreté, qui plus est, d'être un colibri :)

swahili, c'est gratifiant en effet de sentir que quelque chose doit être fait ainsi pour être juste et... de le faire. Ca donne l'impression qu'on est acteur de la vie, et pas spectateur, en somme, et ça fait du bien à tout le monde.

5. Le mardi 4 septembre 2012, 21:58 par luce

le film c'est "un monde meilleur"? un monde civilisé dans le sens de civisme.
oui oui je vais dormir maintenant ;-)

6. Le mardi 4 septembre 2012, 22:21 par Madleine

Chiche !

7. Le mardi 4 septembre 2012, 22:24 par samantdi

C'est chouette ! :heart:

8. Le mercredi 5 septembre 2012, 01:29 par Gilsoub

Ouep, je sais pourquoi t'es une coupine toi, parce que tu est une gentille toi aussi ;-) c'est bien de temps en temps de croiser des gens chouettes et pas que des râleurs patentés... J'aurais été capable de faire la même chose dans mon monde de bisounours...

9. Le mercredi 5 septembre 2012, 04:01 par Lola

Bravo! Et merci.
Je suis sûre que la gaminette va passer une bonne rentrée (et la tienne, comment ça s'est passé?), et qu'elle restera marquée par la simplicité et la spontanéité de ton geste.

10. Le mercredi 5 septembre 2012, 07:11 par Valérie de Haute Savoie

0:-) Eh bien si je te le dis, c'est bien, c'est ce genre de petits gestes qui fait avancer le monde dans le bon sens. Bon me connaissant je crois que je n'aurais pu m'empêcher de dire un mot au jeune homme :mute:

11. Le mercredi 5 septembre 2012, 07:27 par zelda

On fait comme dans le film, chiche !
Les qui-se-rendent-pas-compte-ou-qui-s'en-foutent osent tout, alors osons aussi être "justes" et solidaires ;)

12. Le mercredi 5 septembre 2012, 07:34 par lilou la teigne

j'aime bien ce type de geste gratuit, cela fait du bien de voir qu'il y a encore des gens qui pratique la solidarité.
On arrivera surement un jour à faire une grande chaîne humaine, en tout cas moi j'y crois. :-D

13. Le mercredi 5 septembre 2012, 08:26 par Eli

Je crois beaucoup à ça, ces gestes là ça se propage comme les ondes d'un petit caillou jeté dans l'eau. Et ça peut aller loin... Vive la solidarité.
Je t'embrasse

14. Le mercredi 5 septembre 2012, 08:57 par Sacrip'Anne

luce, oui, c'est ça, et j'espère que tu as dormi, vite et bien. Je t'embrasse.

Madleine, y a même pas besoin de chiche. Y a juste à. Magique :)

samantdi, va savoir pourquoi, j'ai pensé à toi, au coeur de cette scène ;-)

Gilsoub, à vrai dire, c'est plutôt dans le vrai monde qu'il faut agir, non ? ;)

Lola, j'espère pour la "grande" et pour la mienne, oui, elle est ravie. Et toi ?

Valérie, hinhinhin, il est coincé derrière sa caisse, je l'aurai, un jour :D

zelda, voilà, osons :)

lilou, de toute façon si on espère pas rendre les choses un peu moins pire, que reste-t-il à vivre ?

Eli, jetons nos petits cailloux alors. Je t'embrasse aussi

15. Le mercredi 5 septembre 2012, 09:13 par anita

En plein cœur.
( du sujet, de la vie, de l'urgence à être au monde ce qu'on a envie d'être...)
You make my day.

16. Le mercredi 5 septembre 2012, 09:15 par Sacrip'Anne

Des tas de bisous, anita belle dame. Ca me touche de te toucher, on va dire :)

17. Le mercredi 5 septembre 2012, 10:24 par tetsuo

Désolé mais, han comme c'est bien.

Il y a ceux qui s'en foutent, ceux qui disent rien mais qu'en pensent pas moins, ceux qui disent mais qui font rien, ceux qui juste auraient pas la bonne idée pour faire et puis ils y les grands. Ceux qui font, qui agissent. Comme toi.

Personnellement, je me serais sans doute attaqué au jeune pignouf. Lui faire piger que oui, on se rend compte, que oui, il faudra peut être appeler un responsable, mais que surtout, c'est son job, merdalafin. Malheureusement c'eût été du temps de perdu : les cons, ça s’éduque pas.
Alors que toi, tu as dépensé ton énergie dans le bon sens. J'y repenserai certainement, à l'avenir.

18. Le mercredi 5 septembre 2012, 10:32 par charlottine

Je crois aussi à ces petits gestes qui viennent de "grandes" personnes civilisées....cela correspond bien à l'idée que je me fais de toi . Bravo !

19. Le mercredi 5 septembre 2012, 10:43 par Matoo

Very inspiring comme on pourrait dire dans un meeting outre-atlantique. :heart:

20. Le mercredi 5 septembre 2012, 10:44 par Sacrip'Anne

tetsuo, ça me semble plus intéressant que de râler sur la dame qui ralentit toute la queue, en tout cas. Je suis contente si ça donne du grain à moudre.

Charlottine, y en a qui vont glousser à lire "grande" :D

Matoo, alors tant mieux. :heart:

21. Le mercredi 5 septembre 2012, 11:10 par K

Dans ma grande bonté, et ma soif égalitaire difficile à étancher, il y en aurait eu pour tout le monde je pense. Le jeune François Pignouf à la caisse, je pense que je lui aurais dit un mot.
J’aurais même pris un malin plaisir (un peu pédagogique, un peu démonstratif, des fois faut montrer !) à faire voir que j’avais absolument TOUT mon temps.
Pour le reste, perfect ! On est là dans la vie vraie, un principe de base, inébranlable.
Et tu me donnes une idée de billet… (suspense haletant)

22. Le mercredi 5 septembre 2012, 11:40 par Gilsoub

@Sacrip'Anne: ben ouais mais il parait que les gentils vivent dans un monde de Bisounours... :heart:

23. Le mercredi 5 septembre 2012, 12:08 par Namfaranf

Essuie les larmes ...
Beau...
Typique Anne ...

Et moi je suis celle qui souvent doit demander qu'on retire des articles ... L'air désolé et honteuse parfois!
Avec des gens qui s'agacent derrière ...

24. Le mercredi 5 septembre 2012, 12:17 par Sacrip'Anne

K, huhu, tu ventiles, quoi ! J'ai hâte pour le billet alors.

Gilsoub, je ne crois pas, non, mais ça arrange d'autres de le penser.

Namfarang, yzonka changer de caisse, les gens qui s'agaçent, non mais.

25. Le mercredi 5 septembre 2012, 12:27 par charlottine

Je persiste et signe: une grande et belle personne !

26. Le mercredi 5 septembre 2012, 13:47 par Flo

Si j'ai déjà payé le bus à quelqu'un qui était quasi sur le point de me baiser les pieds, ou autre menue monnaie dans une boulangerie, je ne sais pas si j'ai toujours toute mon attention portée aux gens autour de moi, SURTOUT dans un supermarché.
Mais je me souviens d'un lire emprunté au CDI de mon lycée sur les petits bonheurs (ou comment être heureux, un truc du genre)dans lequel il y avait un exercice qui était de payer le péage de la personne derrière soi, en mentionnant bien au guichetier (sinon ca ne marche pas) de souhaiter la bonne journée à la personne derrière.
Mais c'est tellement vrai, c'est tellement nécessaire, il faut qu'on s'y mette tous, réellement, et je suis persuadée de la contagion !

27. Le mercredi 5 septembre 2012, 13:47 par Lizly

C'est tellement toi ce post...
Moi je dis tout comme Zelda sinon.

28. Le mercredi 5 septembre 2012, 15:00 par solete

Oui, ton post m'inspire et me motive à faire ces gestes également. Merci de l'avoir écrit, ça fait du bien de voir que tous les jours il y a aussi des gens qui font de bonnes actions.

29. Le mercredi 5 septembre 2012, 16:32 par Antoine

Jolie histoire.

Personnellement, je me suis engagé face à moi même à aider les touristes perdus dans Paris. Et cela fait sans doute plus de bien à moi qu'à eux. Tout bénef pour tout le monde !

30. Le mercredi 5 septembre 2012, 17:37 par tetsuo

Puisqu'on en est à comparer nos bonnes actions pour être heureux et pour ne pas laisser penser que je ne suis qu'on grognon qui ne prend plaisir qu'à ronchonner, mon trip à moi c'est d'aider ceux en carafe avec leur véhicule.

Sans doute une forme de solidarité, aussi, en plus de l'envie d'aider, entre propriétaire de voiture merdique française...

31. Le jeudi 6 septembre 2012, 08:35 par Pablo

J'espère que votre rendez-vous s'est effectivement bien passé hier, hâte de lire la suite, grosses bises.

32. Le jeudi 6 septembre 2012, 12:16 par K

Done !

33. Le vendredi 7 septembre 2012, 08:54 par Sacrip'Anne

charlottine, c'est gentil :-D Mais partiel, mais gentil !

Flo, y a pas que la grippe, qu'on peut se refiler, non mais ! (Et ça ne m'étonne pas de toi, va).

Lizly, un bout de moi, sans doute, oui p-)

solete, tant mieux !

Antoine, bienvenue ici :) Et c'est chouette, aide pour touristes en galère. En plus ça fait des occasions de découvrir des choses qu'on ne connaît même pas dans notre propre ville, parfois !

tetsuo, et c'est précieux, une aide comme ça !

Pablo, on s'est retrouvées, elle et sa fille m'ont fait la bise très chaleureusement, remerciée, rendu la thune, on a échangé un peu sur le fait que le caissier avait été très blessant et désagréable et on s'est quittées meilleures amies du monde !

K, vu mais pas commenté, j'étais passablement coincée du dos et pas en capacité de taper sur le clavier !

34. Le vendredi 7 septembre 2012, 14:39 par Nab

Ça me fait penser, au début de ma relation avec mon amoureux,nous avons déménagé et mon amoureux n'a pas pu prendre son petit voilier (un 404) avec lui, il a donc passé une petite annonce pour le vendre, 3 francs 6 sous, vu son âge. Deux jeunes ados, un frère et une soeur, visiblement passionnés de voile, mais sans grand moyens l'ont contacté, en lui proposant un arrangement pour payer le bateau. Du coup, il le leur a offert en leur demandant d'en prendre bien soin et de surtout repasser la faveur plus loin, à quelqu'un d'autre, lorsqu'ils en auraient l'occasion... Outre le fait que cela m'a rendu très fière de lui (même si lui ne voit pas pourquoi), cela me redonne confiance dans le monde et je repense souvent a ce moment quand je deviens trop désabusée et cynique... De savoir que la boucle de la solidarité, de l'attention à l'autre (je n'ose même plus dire de la gentillesse, ce mot étant presque devenu une insulte) tourne à travers le monde, cela me rend définitivement cette journée plus belle! Merci.

35. Le vendredi 7 septembre 2012, 15:53 par Sacrip'Anne

Nab, bienvenue dans les commentaires ! Et tant mieux alors :)

36. Le vendredi 7 septembre 2012, 23:25 par Lola

Nous aussi, bien rentrés! Et déjà crevés... Tous, élèves et profs, traînaient la patte ce soir. C'est dur de reprendre le rythme!
Bon weekend! Et bonnes lectures pour la toute nouvelle lectrice...

37. Le lundi 10 septembre 2012, 08:33 par Sacrip'Anne

Chouette, alors, Lola ! Courage pour la reprise... du rythme, donc (pareil ici)

38. Le lundi 10 septembre 2012, 14:02 par Fabrice

Avec un peu de retard : oh, comme c'est bien ! :p

39. Le lundi 10 septembre 2012, 14:05 par Fabrice

Et pour être plus constructif… Ton ami le caissier, il doit l'avoir mauvaise en ce moment, parce que c'est de plus en plus fréquent, les retraits d'achats quand on voit le total s'afficher. C'est un signe qui ne trompe pas sur la situation actuelle.

40. Le lundi 10 septembre 2012, 15:57 par Sacrip'Anne

Fabrice, d'autant plus qu'il a toutes les raisons de trouver qu'il a un métier difficile et des clients chiants. Mais là, objectivement, la dame était adorable et embêtée et lui n'a pas été au plus... diplomate. C'est dur pour tout le monde, en somme...

41. Le lundi 10 septembre 2012, 20:55 par Fabrice

Quand je disais qu'il l'avait mauvaise, c'était pas pour le défendre, hein, parce que c'est pas parce qu'on a boulot dur qu'il faut faire ch… les autres.

42. Le mardi 11 septembre 2012, 09:39 par Sacrip'Anne

Je ne l'avais pas compris comme ça, Fabrice :)

Et par ailleurs, je trouve ça dur pour lui, sans doute, d'être là, de faire un métier pénible, sans doute de s'enquiller une sévère dose de clients difficiles, de packs de lait et de monotonie (ou de rythme imposé).

Pour autant, ça ne donne pas le droit d'humilier quelqu'un d'autre. Je pense, de ce que j'ai vu, qu'il ne s'en est pas rendu compte. Peut-être trop loin de ce monde, trop loin des milliers d'humiliations qu'on vit tous les jours quand on est "d'origine étrangère apparente", il n'a pas vu qu'il faisait la goutte d'eau ? Je n'en sais rien exactement, et j'imagine que c'est juste un type fatigué en fin de journée.

Mais pour elle, ça a pesé lourd, très...

Rien n'est jamais blanc ou noir, même si c'est plus facile pour certains de s'imaginer les choses ainsi.

43. Le vendredi 14 septembre 2012, 12:04 par isadora

juste un mot pour dire que j'aime ce billet, j'espère que tu recroiseras la dame et sa fille, aussi.
tout le long de la lecture, j'imaginais le sentiment de la pré-ado de se taper l'affiche au supermarché à cause de ce petit con (sales souvenirs).
et à ma pré-ado à moi, aussi.
des bises !

44. Le vendredi 14 septembre 2012, 14:27 par Sacrip'Anne

Moi aussi, j'espère qu'on se recroisera, isadora ! Et je ne sais pas si ce jeune homme était con, en tout cas, il a été, à cet instant, étanche au malaise de la mère et de la fille... Bises !

45. Le dimanche 30 septembre 2012, 23:42 par Smily

Merci.

46. Le lundi 1 octobre 2012, 08:49 par Sacrip'Anne

Smily :heart:

47. Le mardi 2 octobre 2012, 10:41 par Smily

:heart:

48. Le mardi 16 octobre 2012, 23:33 par Junko

Cette histoire m'a rappelée un vieux souvenir de quand j'étais caissière ( http://junkofrantic.free.fr/blog/?p... ), cet horrible sentiment d'impuissance alors qu'il ne manquait que 2€ à la cliente... J'aurais aimé que quelqu'un l'aide comme tu l'as fait avec cette cliente.
Au passage, j'aime beaucoup, vraiment beaucoup l'expression "la morgue au nez".

49. Le mercredi 17 octobre 2012, 08:27 par Sacrip'Anne

Merci Junko, et quel plaisir de te relire !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:) :devil: ;) 8-) :p :-D :sick: 0:-) :blush: @-I :-( :heart: :-* :gasp: p-) :mute: >< :sarc: :badass: :yum: :?:

La discussion continue ailleurs

1. Le lundi 3 octobre 2016, 22:39 par Anonymous blog

Tranche de vue – Interferences

(…) Mon écot en écho à Sacrip&rsquo;anne (également dans les liens dans la colonne d&rsquo;à côté). &#8211; &#8211; &#8211; &nbsp; Avec l&rsquo;âge qui avance (je parle du (…)

URL de rétrolien : https://sacripanne.net/trackback/1866