La semaine dernière j'ai pu, grâce ou la faute à mes microbes, aller accompagner et chercher Cro-Mi à l'école plusieurs fois, ce qui n'est pas du tout dans nos habitudes quotidiennes, la faute au travail et toutes ces sortes de choses.

Jeudi dernier, donc, la maîtresse me dit que "oh ! justement !" elle m'avait mis un mot dans le cahier pour dire qu'elle organise une réunion pour la remise des livrets (première période).

Mais qu'en ce qui concerne ma fille, elle n'a rien à me dire.

Rien à me dire ?

Non, tout va très bien.

Je me dis qu'elle me voit bien lorgner sur le créneau de 18h15, que ça l'arrangerait que personne ne le prenne. Qu'elle pense me faire plaisir.

Moi je trouve que c'est triste, un élève dont on a rien à dire. Ok elle "marche bien". Mais alors ? Elle préfère la peinture ou les collages ? La poésie ou les maths ? Ou tout ça à la fois ? Et est-ce qu'elle tarit ses incessants bavardages, le temps de la classe (non, d'ailleurs, première petite remarque inaugurale d'une, présumons, longue série sur ce sujet sur le livret).

Bref. Je vois bien où elle voulait en venir, pour son confort et ma flatterie, mais moi ça m'attriste, vraiment, qu'elle n'ait rien à me dire, cette enseignante. Pas pour ma fille : je sais pas mal ce qu'on peut en dire. Pour elle. C'est pas bon signe sur le choix de son métier...

Commentaires

1. Le vendredi 17 février 2012, 10:31 par Floh

Je comprends bien la frustration oui.
Ou alors on peut envisager qu'il y a d'autres élèves qui vont nécessiter beaucoup de temps et de mise au point avec les parents et qu'elle préfère leur garder plus de temps pour être sûre de faire le tour de la question?
Mais pas très habile ni bien présenté, en effet :?:
Des bises du vendredi :heart:

2. Le vendredi 17 février 2012, 10:33 par Sacrip'Anne

Floh, oui, on pourrait se dire ça si on avait pas eu d'autres aperçus depuis le début de l'année... on pourrait. Des bises, oui, plein !!!

3. Le vendredi 17 février 2012, 12:03 par K

De la considération, de l'attention, que diable.
Pour tous.
Quels qu'ils soient, des "marche bien" ou "marche moins bien".
Puisque l'argument massue, c'est "on travaille sur/avec/ pour/ de l'humain". Soyons COHERENTS :)

4. Le vendredi 17 février 2012, 12:21 par samantdi

C'est vraiment un problème de fond, qui n'est pas inhérent à cette instit. Par exemple j'entends souvent mes collègues regretter que les parents des "bons, très bons élèves" viennent aux réunions de parents (sous-entendu : ils nous font perdre notre temps)

C'est le système qui est mal fichu. Il faudrait plus de lieux de rencontres tranquilles et paisibles entre parents et profs, pas seulement pour "juger", "évaluer" mais simplement apprendre à se connaître, dire comment est l'enfant avec nous, et apprendre les uns des autres...

Là, on court après le temps, souvent, et comme le dit Floh, on essaie de privilégier les moments avec les parents des élèves en difficulté.

L'école... elle est encore bien perfectible ! :-)

5. Le vendredi 17 février 2012, 12:47 par mirovinben

Lémédia ne parle(nt) jamais des trains qui arrivent à l'heure. Pourquoi les enseignants ne pourraient pas faire de même ?

6. Le vendredi 17 février 2012, 13:40 par Madeleine

Le bon sens de Samantdi grâce à son expérience : C'est le système qui est mal fichu. Il faudrait plus de lieux de rencontres tranquilles et paisibles entre parents et profs, pas seulement pour "juger", "évaluer" mais simplement apprendre à se connaître, dire comment est l'enfant avec nous, et apprendre les uns des autres...
Si seulement nos ministres successifs de l'éducation nationale pouvaient en prendre de la graine !
Sinon tu sais Anne vu les années d'école que tu as devant toi avec Cro-Mi, tu rencontreras d'autres enseignants qui te décevront par leur comportement mais il y aura aussi tous ceux qui te raviront par leur professionnalisme et l'amour communicatif de leur métier. Des humains quoi :)

7. Le vendredi 17 février 2012, 13:59 par Gilsoub

humm Satmandi, d'un autre coté le fait que ces parents soit systématiquement au réunion ne montre t'il pas qu'il s'intéresse à leurs rejetons, ce qui peut en partis expliquer le pourquoi du bon élève ?
D'un autre coté, mes parents allaient toujours au réunion et j'était plus que médiocre ;-)

8. Le vendredi 17 février 2012, 13:59 par Sacrip'Anne

K, oui, soyons Kohérents ! J'aime ton oeil sur le métier.

samantdi, je suis totalement d'accord avec toi sur ces occasions de rencontre. Et j'ajoute : l'école est encore faite autour des mamans qui ne travaillent pas, ou à temps partiel. Je suis très consciente de ce que ça fait peser sur les enseignants, mais quand on est coupé(e) de la salle de classe pour cause d'horaires, c'est TRES frustrant, même quand tout va bien.

mirovinben, c'est vrai, ça, pourquoi, j'te l'demande !

Madeleine, j'ai été ELEVEE par des gens comme ça, d'où contraste brûlant...

9. Le vendredi 17 février 2012, 14:00 par Sacrip'Anne

Gilsoub, elle ne dit pas l'inverse, Samantdi !!!!

10. Le vendredi 17 février 2012, 16:26 par Estelle

C'est un vrai vol de réunion, y'a pas à dire. Frustrant, c'est évident.
Mais bonnes vacances à Cro-mi; nous, on en a déjà avalé la moitié !

11. Le vendredi 17 février 2012, 19:35 par Alizarine

J'essaie de faire une liste d'élève dont je n'aurais rien à dire mais j'arrive même pas à l'ouvrir... Par contre, je peux faire un TOP 5 des élèves dont j'aurais quelque chose à dire mais pas aux parents tant que je n'aurais pas achevé ma formation de diplomate. Hum.

12. Le vendredi 17 février 2012, 20:40 par heidi

Je trouve ça dommage qu'au niveau de Cro'Mi où ça ne doit pas prendre 3 plombes que son instit néglige le fait de faire un point avec les parents.

Par contre, très égoïstement, quand vient la réunion parents-profs pour mes 78 premières, je dois t'avouer que je ne suis pas fâchée que les parents des élèves pour qui tout va bien s'abstiennent de se déplacer :p

13. Le samedi 18 février 2012, 19:20 par Lola

Dans l'école (privée) (américaine) où je travaille, les profs rencontrent les parents de tous leurs élèves (et quand certains ne prennent pas rendez-vous, nous les appelons pour leur demander pourquoi et si on peut trouver une date qui les arrange ...). Au début, je me demandais ce que j'allais pouvoir raconter aux parents dont les enfants sont "sans histoire", ni extraordinairement brillants, ni en difficulté, des élèves qui roulent, quoi. Et je me suis vite rendu compte que ce que cherchaient les parents, c'était l'assurance que je connaissais bien leur gamin, que je saisissais sa manière d'apprendre, ses points forts, ses particularités. Leurs visages s'éclairent immanquablement quand ils s'aperçoivent que je sais vraiment de qui je parle. C'est devenu facile et plaisant de parler de mes élèves, parce que je comprends bien l'attente des parents.
Maintenant, il faut dire que je travaille dans des conditions particulièrement privilégiées, de toutes petites classes, et j'ai le temps d'apprendre à connaître vraiment bien chacun de mes élèves.

14. Le dimanche 19 février 2012, 10:06 par Otir

C'est clair, comme le montrent Lola et Samantdi, qui sont toutes les deux de la partie, chacune d'un côté de la barrière culturelle, qu'il y a une différence fondamentale entre les systèmes américains et français : l'évaluation est comprise comme un jugement en France, elle est appréciée comme un outil de connaissance aux USA.

Et les parents comme des partenaires des enseignants, dont ils viennent vérifier qu'ils connaissent l'objet de leur travail, qui est finalement de l'ordre de la relation, et non pas du jugement.

Personnellement, cela me choque qu'un enseignant n'ait rien à dire d'un de ses élèves, qu'il en ait dix ou qu'il en ait trente. Qu'un professeur d'université ne connaisse pas ses étudiants qu'il voit assis indistinctement dans un amphithéâtre, oui, mais une institutrice de petite classe maternelle ?

15. Le dimanche 19 février 2012, 12:04 par K

Otir : vraiment d'accord avec toi. Et ... je suis de la partie, au fait 8-)

16. Le dimanche 19 février 2012, 17:26 par isabelle

à la réunion parent prof au collège , je ne suis pas allée voir tous les profs ( pas le temps ) mais ceux des matières où ma fille estimait avoir des difficultés( et parfois des bonnes notes!!) et j' ai pu expliquer pourquoi oui elle a 14 de moyenne mais non elle patauge quand même et la prof a entendu ce message et est intervenue par la suite pour l'aider
et je suis allée voir la prof de musique , celle avec qui tout va bien mais bon la musique ce n'est pas important hein surtout pour une enfant non musicienne et bien si pour lui merci d'avoir une classe si joyeuse qui met en joie ma fille le matin et même si elle n’avait rien à me dire ; elle m' a parlé des yeux de ma fille qui pétillent quand elle chante et ça c’était bien

17. Le lundi 20 février 2012, 05:46 par Fannette

Ce qui est dommage, c'est en effet pour l'enseignante, mais également pour ta fille. Les enfants pour qui tout va bien, on a tendance à ne pas leur dire!!! On oublie qu'ils ont besoin d'encouragement tout autant que les autres, et de reconnaissance.
Et puis les enfants, enfin en maternelle surtout, aiment qu'on puisse discuter un peu avec la maîtresse, qu'on puisse voir leurs oeuvres DANS la classe...
Dommage, dommage...

18. Le lundi 20 février 2012, 09:33 par sleabo

Comme je comprends. Nous, le numéro 1 en petite section maternelle, il a décidé que l'école, c'était sa vie à lui, il n'y a pas moyen de lui faire dire comment ses journées sont occupées.
Si la maitresse nous proposait de ne pas la voir, on n'en aurait vraiment aucune idée. Mais, bon, on a la chance de pouvoir la voir aux heures de sortie de classe, du coup, on finit par savoir.

19. Le lundi 20 février 2012, 18:20 par Sacrip'Anne

Merci Estelle !

Alizarine, oui, je crois que je vois bien ce que tu veux dire ! p-)

Heidi, oui, c'est ça, d'autant qu'elle en a 23... bref.

Lola, c'est je crois cet échange là qui permet d'instaurer une forme de contrat de confiance entre parents et enseignants, en plus. Enfin bon. Ce qui compte c'est que Cro-Mi s'entend bien avec elle, on va dire !

Otir, c'est ça, après on s'étonne ici que les parents se comportent comme des clients de l'école...

K, et bellement encore !

isabelle, oh oui, j'imagine !

Fannette, oui, quand je vois la joie de ma fille parce que cette semaine-là, je suis venue au moins trois fois dans sa classe, ça me fait mal au coeur. Mais bon. Au moins elle est encouragée et dûment félicitée par son père et par moi.

sleabo, ah ouais mais ça c'est normal :D Ca s'arrange (un tout petit petit peu) par la suite, le récit des journées. Enfin t'attends pas à trop de détails, sauf sur cette chipie de Mélissa et ce coquin de Valentin, hein !

20. Le mardi 21 février 2012, 00:24 par Brige

Bon, ben moi je vais prendre le débat à l'envers: j'aurais rêvé qu'un enseignant n'ait rien à me dire! Là en terminale, je zappe les réunions parents-profs, c'est net, on tourne en rond depuis 10 ans et je répète toujours la même chose sans effet. Mais ça reste une expérience personnelle, pas un plaidoyer contre l'E.N. hein. Pis c'est chouette, je viens d'en reprendre pour 15 ans...(rire jaune)(cela dit, dans ton cas je comprends la frustration, et je me dis que Cro-Mi a de la chance, ses parents sauront compenser ce genre de propos démotivants. Parce qu'après tout, un enfant aura vite fait de faire en sorte qu'il y ait à dire pour avoir de l'attention...)
Voilà, j'suis dehors ;)
Bises!

21. Le mercredi 22 février 2012, 15:14 par les cafards

Bizzz des Caphys en vadrouille

22. Le jeudi 23 février 2012, 08:42 par Sacrip'Anne

Brige, j'imagine bien, en effet ! On ne serait jamais content(e)s ?!!!

les cafards, ah ben bises, bonne vadrouille (on s'connait ?).

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:) :devil: ;) 8-) :p :-D :sick: 0:-) :blush: @-I :-( :heart: :-* :gasp: p-) :mute: >< :sarc: :badass: :yum: :?:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://sacripanne.net/trackback/31