L'état "dépressif" (au sens large) est vraiment quelque chose qui me terrorise, et avec lequel je ne sais pas faire.

Les rares fois où un peu d'acédie[1] me menaçait, j'ai eu peur, vraiment.

Et quand ce sont d'autres qui se coltinent le grand méchant mou, comme ça, du jour au lendemain, et qui s'y plongent longtemps, je ne sais que faire pour leur être utile, pour que les mots de réconfort soient bien perçus...

Qu'elle est dure à emprunter, cette route, qu'il est difficile d'en sortir...

Alors en ce jour, qu'il vous arrive du bon, du mauvais, du moyen, je vous souhaite tout sauf l'acédie, la fuite de l'élan vital...

Note

[1] Apathie, absence de désir, affaissement de la volonté