Dès la rentrée, je crois qu'elle s'est sentie autorisée à savoir lire, alors qu'il me semble bien qu'elle avait déjà pigé le truc, avant.

Depuis elle a pris de l'assurance, et désormais, le soir, ce n'est plus moi qui dispense la page de lecture ou l'histoire, mais bien elle qui nous ravit de ses mots joliment déchiffrés.

J'adore le grasseyement de ses r quand elle fait le son des lettres des mots qu'elle ne connaît pas, ses petites intonations qui commencent à venir en même temps que la lecture, ses dernières rares hésitations sur les trucs compliqués du genre gn, son air triomphant à la fin de la page, son plaisir quand les soirs sans école du lendemain, elle est autorisée à lire un peu avant de dormir.

Je crois que ça, j'ai réussi, lui transmettre le plaisir de lire. J'en suis immensément heureuse pour elle.