Au bureau, on a une collègue qui s'auto surnomme "maman". Sur un mode Audiardo-Béruriesque, hein, pas qu'elle se prenne pour nos mamans.

Du coup, parfois, quand on lui cause, on croirait un peu qu'on parle avec l'inénarrable Norbert (mais si, faites pas semblant de ne pas savoir qui est Norbert de Top Chef de l'an dernier !!).

Bref, hier, quelqu'un me dit un truc débile, et comme malgré l'aspect quotidien de la chose, je ne suis pas encore habituée, je m'en étouffe en buvant mon thé. Quinte de toux s'ensuit, et là, je l'entends me dire :

"Tousse pas maman, y a rien de chaud !".

Moment de silence incrédule sur l'open space.

Echanges de regards rigolards.

Puis fusent les "mais qu'est-ce que tu racontes ?", "qu'est-ce que tu as dit ?", "mais d'où tu sors ça ?".

Elle extrêmement étonnée qu'on ne connaisse pas cette expression à ses yeux très répandue. Quelques recherches sur les internets lui ont montré que quand même, on était pas les seuls à ne pas connaître.

Et elle, hilare, assez convaincue que c'est le reste du monde qui a tort, même pas victime d'une quelconque ribote [1].

Faut dire, c'est déjà elle qui, la semaine dernière, nous avait fait un exposé sur le fait que les hommes de cavernes étaient de mauvaise humeur parce qu'à force d'être dans les cavernes, ils ne voyaient pas assez le soleil, comme nous en hiver.

Si, comme moi, vous vous posiez la question de savoir comment on peut établir que les hommes des cavernes étaient de mauvaise humeur, sa réponse vous éclairera : "ben ça se voit, maman, à la télé, ils sont toujours en train de grogner".

C.
Q.
F.
D.

Note

[1] Excès de table, et surtout de boisson