Pour qui connaît l'agenda de ministre de mon saltimbanque Enchanteur préféré, il n'est pas difficile de deviner que notre vie sociale du week-end est compliquée[1].

Mais cette année, nous ne nous sommes pas laissés faire par le temps qui ravage tout sur son passage, file trop vite et toutes ces sortes de choses ! Non non, toute occasion de prendre l'air étant la bonne, nous avons op-ti-mi-sé ribon-ribaine [2].

Ok, le bref séjour Toulousain, s'il était complètement satisfaisant du point de vue amical, était un peu plus compliqué de celui des trajets.

Mais là.

Là !!!

LÀ !!!!

Je viens d'envoyer le chèque d'acompte, les statistiques météorologiques sont de notre côté.

Et sauf si le ciel nous tombe sur la tête, nous irons passer un bout du week-end de la Pentecôte en Bourgogne. Envie de montrer à ma fille un bout de son histoire familiale (la pauvre, elle croit qu'elle est vietnamienne :D). De lui montrer des endroits où j'ai fixé des souvenirs d'enfance, de vadrouiller à nous quatre ailleurs qu'entre nos quatre murs, de manger et boire des bons produits du cru !

De sortir l'appareil à faire de belles images, de prendre le temps, de sortir du quotidien, de voir de beaux paysages, de sniffer l'air de la campagne (j'espère que c'est encore la campagne, là-bas, dites donc !), d'aller voir le Musée Colette et les potiers de St Amand, de sourire à la vie.

Et pis c'est tout.

Non mais !

Notes

[1] Je vous encourage, d'ailleurs, à aller l'applaudir, histoire qu'on ne soit pas loin l'un de l'autre pour rien :D

[2] Coûte que coûte