Sacrip'Anne

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - aller au charbon

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 18 janvier 2016

Douceurs de fin de semaine

  • Voir, boire, papoter avec les amis
  • Profiter d'une rare humeur câlineuse d'une jeune chouette demoiselle
  • Constater de visu que le rescapé a bonne mine
  • Voir Lomalarchovitch s'éclater avec son parrain et sa marraine
  • Goûter un délicieux mafé
  • Rire
  • Se laisser charmer par les fossettes du plus jeune de la bande
  • Se rouler par terre avec les bébés

jeudi 24 janvier 2013

C'est pas juste

L'autre jour, il y avait Larcenet, sur Inter, chez Busnel.

Le mondain à la mèche a lancé notre Manu sur l'un des sujets qui le font démarrer, immanquablement. Internet. Et surtout, les commentaires sur Internet.

Manu Larcenet, dans un argument qu'on lui a déjà entendu, disait qu'il lui était insupportable que n'importe qui vienne démolir l'expertise de quelqu'un, que tout le monde se positionne à égalité de savoir.

Et aussi qu'il avait souffert de critiques infondées sur qui il était, inexactes, déjà, et s'attachant à sa personne plutôt qu'à son travail. Que s'il y répondait, la "meute" se jetait sur lui. Que c'était injuste et que cette injustice lui était violente.

Même si je ne partage pas tout son avis sur le web participatif, ces mots ont fait écho, et puis je me suis dit que c'était le cas partout.

Quand on nous dit quelque chose de juste, on peut argumenter, ne pas être d'accord, mais il y a quelque chose de bien fondé qui doit alimenter la réflexion.

L'injustice, elle, nous met dans un état de sidération, de choc émotionnel, les bras nous en tombent et on est, déjà, dans l'irrationnel, les mots perdent de leur sens et l'absurde s'en mêle.

C'est un peu de ça qu'il s'agit en ce moment dans la société, d'ailleurs. Des gens à qui on enlève rien qui viennent dégueuler à la face de gens qu'on considère comme des citoyens à droits réduits. Sous des prétextes qu'on à peine à réfuter tellement ils ne tiennent sur rien de logique, rien de juste.

Et en plus, ils se plaignent d'être victimes d'intolérance.

C'est dégueulasse, c'est injuste, c'est violent. Et ça fait mal à l'humanité.

vendredi 9 mars 2012

La socialisation des filles

Mercredi soir, nous parlions (aussi) de la programmation des filles en matière de socialisation -au plus grand étonnement de ceux qui, partis plus tôt, en sont restés à de sombres histoires de friture ou de tricotin.

Nous en étions à constater que nous autres, filles, émettions des signaux en direction de garçons qui ne les voyaient pas, pour le plus grand effet comique quand on sait se raconter avec beaucoup d'auto-dérision, mais quand même, pour notre plus grande tristesse, parfois mutuelle, quand on se rate.

De fil en aiguille et en échange de micro bouts d'opinions sur twitter pour poursuivre la conversation, je me faisais la réflexion que, bien que pacha, un peu, mon papa n'avait jamais insinué d'aucune manière que ce soit que, étant née fille, il y avait des choses hors de ma portée ou des choses que je ne devais pas faire.

Et bien qu'adepte contrainte de la double (ou triple) journée, ma maman n'a jamais insinué qu'en tant que fille, je devrais faire ci ou ça, ou quoi que ce soit.

Pour autant, tout en ayant assidument donné dans le dire (ou plutôt écrire) plutôt que de rester dans le flou, quand il était question de commerce amoureux, ce qui n'a pas toujours porté ses fruits au demeurant, il m'a fallu arriver à l'âge avancé de 35 ans, 11 mois et 27 jours pour faire ce qui jusqu'à présent me semblait à moi, féministe convaincue, un truc "pour les garçons" : aller me servir à la source. Faire le premier pas. (Musique vaguement angoissante en arrière-plan).

C'est ainsi que l'Enchanteur qui ne l'était pas encore tout à fait et qui semblait fermement décidé à rentrer chez lui a finalement retardé un peu son départ, sur un mode "j'avais rien vu venir mais bon, laissons-nous faire" [1] [2]

Bref, tout ça pour dire que la société est forte à nous programmer et qu'il ne suffit pas de parents, d'une éducation non sexiste à la maison, pour sortir des stéréotypes qui sont les nôtres.

Notes

[1] enfin ça c'est ce qu'il me dit à moi. Et si vous arrivez à lui tirer quelques commentaires sur le sujet, vous serez très forts. Pour ma part, il m'arrive parfois de penser qu'il a été trop poli pour refuser et que maintenant il est tout empègué, ne sachant plus comment dire que oui, mais non. Fort heureusement, il a l'air plutôt satisfait de son sort et de ma cuisine, ce qui tend à me rassurer.

[2] C'est une blague, hein, il me semble qu'il est content pour de vrai de mon effronterie !!!