Nous avons innové, cette année, en rusant un peu avec les dates pour prévoir une mini escapade Nantaise pendant les vacances de la Toussaint.

C'était fort chouette.

Et bien évidemment quand nous sommes rentrés hier en fin d'après-midi, Maïa faisait la gueule.

Plus exactement, elle ME faisait la gueule.

Elle a donné sa tête à gratouiller à Noé, est allée se frotter aux sacs et manteaux des uns et des autres pour recoller sa bonne odeur à elle dessus. Et m'a fui en me regardant d'un air de reproche. Je n'ai pu la gratouiller un peu que quand elle a vu qu'on mangeait du jambon le soir, et encore.

Comme de bien entendu, ce chat sauvage autant que terrifiée s'est incrustée sur notre lit pendant la nuit (je l'ai récemment surprise dormant allongée sur le dos, papattes en l'air, et prenant environ les 2/3 de la surface du plumard, tout ça pour prendre des airs effarouchés dès qu'on ouvre les yeux, hein. Le foutage de gueule est total).

Ce matin elle m'a consenti un mini câlin devant les dernières tomates, j'espère une nette embellie d'ici demain.

(Et si ses façons me font hurler de rire, l'attachement à nous qu'elle témoigne ainsi me touche beaucoup. Et avant que Moukmouk ne réagisse : il lui restait des croquettes et de l'eau, c'est pas JUSTE la faim !!)

Maïa fait la gueule.jpg