Or donc, ça fait 25 ans que j'ai passé mon bac. B. Oui, la section ES n'existait pas encore, c'est vous dire.

J'avais passé une terminale très occupée socialement, pas très stressée scolairement.

Et j'ai donc eu le bac économique et social avec 5 en éco et 6 en maths (et quelques très belles notes par ailleurs pour compenser, hein, pas de panique, je l'ai EU !).

A la vue de mon dossier quelque peut.... comment dire ? "Pourrait faire mieux si elle ne passait pas tant de temps à faire autre chose", j'ai été envoyée au rattrapage pour deux points.

Je crois que ça a été la consternation générale dans ma famille (alors que dans la branche paternelle, je suis la seule à avoir gardé son année d'avance jusqu'à la fin de mes études, non mais ho !). Je pense qu'il y avait une sorte de pédagogie paternaliste et autoritaire dans ce rattrapage symbolique. On va lui montrer, à la gamine, qu'on ne peut pas impunément vivre sur ses facilités et user d'impertinence tout au long de l'année.

Résultat des courses, j'en ai rattrapé 40 et j'ai essayé de négocier pour en filer 38 à un camarade en galère (bien sûr on me l'a refusé) (curieux, non ?)

Quoi qu'il en soit, je garde un souvenir assez hilare de cet épisode, maintenant que les points aux bacs ne me sont plus d'aucune utilité pour quoi que ce soit.

Comme quoi la pédagogie n'a servi à rien pour me mettre de la maturité dans la cervelle.

En revanche, ça a bien nourri la légende et ça me fait une histoire à raconter (qui fait souvent marrer les profs, d'ailleurs. Et toc la revanche de la vengeance). Et, finalement, même si je me suis mise à bosser beaucoup plus en licence, je reste toujours un peu la fille qui sait qu'elle en a sous le pied et profite de la marge pour faire le pitre.

Bref. Ca fait 25 ans dites donc.

Bien évidemment quand Cro-Mi passera le sien, je nierai avoir écrit ce billet, on est bien d'accord ? Je préviens parce que ça va venir vite.