Je cours ces derniers mois, du boulot au boulot et puis les parents d'élèves, le conseil syndical (oui je me suis fait avoir en beauté, ils m'ont fait le coup de l'oeil de cocker malheureux), une formation chouette pour le boulot.

Bref, Lomalarchovitch avant-hier a déclaré qu'il ne m'aimait plus parce que je m'en allais trop. Je vous rassure, dès hier, il m'aimait de nouveau. Et puis ça l'a pris un peu de court quand je lui ai dit que mon amour pour lui n'était pas conditionné par son amour à lui. Et toc et paf, rep à ça. Ha.

J'ai l'impression qu'on me parle de futur lointain quand on me fixe des réunions en juillet, et puis un oeil sur le calendrier me fait lever un sourcil. Quoi ? Déjà ?

Tant mieux si ça passe vite, Ça rapproche des vacances. D'abord parce que j'ai hâte, ensuite parce qu'on doit arriver en bas à droite, là où la mer est douce et ne s'en va pas plusieurs fois par jour, au moment de la naissance de mon neveu.

S'il est aussi mignon et crapoutouilloufoumini que sa sœur (et ses cousins), ça nous promet une belle colo où les enfants seront presque aussi nombreux que les adultes.

Sans parler du lobbying sur le successeur au titre de chouette chien de mes parents, le vieux copain Pipo ayant vécu ces derniers jours il y a quelques semaines, au plus grand chagrin de toute la famille.

Bref, on a un programme chargé et prévisionnellement heureux, du coup vivement le bout du tunnel de boulot pour en profiter. Non mais ho.

Dans 5 semaines et demi c'est la quille.