Or donc pour ceux qui n'auraient pas suivi nos aventures ni mis les pieds à la maison (du coup il ne reste plus grand monde, si ?) nous avons ENFIN franchi le pas.

Il faut dire, il y a douze ans, quand j'ai craqué sur cet appartement, sa déco n'était pas le point fort. C'était même la clé de voûte d'une négo sérieuse sur le prix, si vous voulez tout savoir !

La cuisine, en dehors de moche, avait une qualité évidente à mes yeux : elle est très grande. Dans mon studio, les plus vieux d'entre vous l'ont vu, on ne tenait pas à deux dans ma cuisine (j'ai déjà vu des chiottes plus grands que la cuisine de ce studio, c'est dire). Sur le coup, la déco seventies n'était donc pas un frein à l'achat.

Et puis on a fait de la peinture dans beaucoup de pièces, c'était une vraie galère de papier peint texturé imperméable posé à même le béton avec un litre de colle au mètre carré. Du coup on a laissé tomber la cuisine, moche mais en bon état général.

Douze ans après (et un changement de compagnon, le précédent ayant un faible pour les portes de placard jaune moutarde périmée), donc, on a franchi le pas et repeint la cuisine.

Alors comme on a un budget archi limité, on a appliqué les principes en vigueur dans la marine : peinture sur merde = propreté.

Donc on a peint du gris PAR DESSUS le papier peint à fleurs d'une couleur rose marron orange indéfinissable. On a mis le blanc (4 couches !) PAR DESSUS les portes jaune moutarde périmée. Et du noir PAR DESSUS la crédence marron.

Il nous reste quelques ameublements à faire mais entrer dans cette cuisine sobre et lumineuse me fait un petit bonheur à chaque fois et rien que pour ça, ça valait la peine.

(Et comme tout le monde a vu les photos ici et là et que j'ai la flemme de les charger depuis mon portable, vous n'aurez qu'à venir pour constater le changement. Promis, Noé sera enchanté de poser au milieu en caleçon comme pour les photos d'étape de chantier !)