Ceux qui l'ont entendu récemment savent que la parole de Lomalarchovitch est fluide et créative.

Depuis quelques semaines il arrive donc régulièrement que l'heure du coucher devienne, en plus des chansons, chatouilles, bisous, câlins, un moment de papotages.

Pas plus tard qu'hier soir il m'a raconté avec une précision étonnante sa matinée à la halte-jeux (alors que ça fait des années que je rame pour avoir une idée des journées de sa sœur).

J'adore ces moments de bavardages.

Lui aussi, je crois. Hier soir alors que je faisais mine de m'extraire de son lit pour le laisser lire un peu il m'a demandé "oh non, je n'ai pas sommeil, tu reste encore parler !".

Il y a ça dans l'éloignement du bébé. Ce lien verbal qui se construit dans les deux sens. Ce bonheur de la parole échangée, des babillages tendres. J'aime ça infiniment.

PS : pour la nostalgie, sa sœur au même âge.