Je suis en colère. Triste. Effondrée. Pessimiste.

Voilà ce qu'on nous propose comme modèle de pensée facile. Je te hais parce que tu es la cause de tous mes ennuis donc je viens te tuer au nom d'une raison supérieure que je considère comme la seule et unique possible.

Des bien coiffés qui piaillaient à la cathophobie il y a quelques mois au prétexte qu'on ne considère pas leurs croyances comme ayant force de loi pour tous ceux qui ne les partagent pas, à ceux qui pensent honorer un prophète en faisant couler le sang de gens, soigneusement choisis pour leur peu de danger réel.

De ceux qui trouvent que c'est la faute aux musulmans qui sont quand même très pas comme nous, à ceux qui pensent que c'est la faute aux juifs, s'ils ne foutaient pas sur la gueule des palestiniens on en serait pas là.

De ceux qui pensent que les autres, ils sont trop foncés, trop clairs, trop à gauche ou à droite, où on s'arrête pour mettre sur la gueule du voisin ?

Et à qui profite le crime ? A des vendeur de pétrole ou de soda, à quelques plus riches que tous les autres...

Pendant ce temps nos politiciens pantins comptent leurs points gagnés à coups de discours plein d'émotions et nous font les poches, nous mentent, oui mais avec le sourire madame, en réduisant mandat après mandat ceux qui ont le droit d'être considérés par la sociétés.

Pendant ce temps-là on interroge pas nos responsabilités. Qu'avons-nous fait avec l'urbanisme qui cloisonne et sépare et compromet l'intégration de tous, depuis 50 ou 60 ans ? Qu'avons-nous fait en permettant à nos petits racismes et sexismes ordinaires de s'exprimer, ou bien en ne nous élevant pas contre celui des autres ?

Alors quoi ? On continue à faire comme si c'était la faute de l'autre, sans se demander où s'arrêtera la définition de l'autre ? On s'équipe de politiciens encore pire que ceux qu'on a, on attend que ça pète de partout en se fermant à tout ce qui ne se passe pas en bas de chez nous ?

Et on verra après si nos enfants, ou les enfants de nos enfants, profiteront d'un rebond de monde un peu meilleur ?

Je pleure du monde qu'on laisse exister en se disant que c'est la faute des autres, si on en est là.

Et je pense à nos camarades danois qui eux, n'ont pas été si longs à trouver qu'il fallait se dresser à nos côtés, quand ça a pété sous nos yeux et qu'on trouvait que çay tay trop nul, le terrorisme, bouh le vilains méchants, moi chuis contre la guerre et pour la paix dans le monde et mort aux vaches.

(Oui je suis en colère, très).